La crise climatique, un eldorado pour le monde des affaires

Publié le 28/09/2021 à 12:00

La crise climatique, un eldorado pour le monde des affaires

Publié le 28/09/2021 à 12:00

(Photo: Harrison Moore pour Unsplash)

BLOGUE INVITÉ. Et si on faisait de la planète une «business» ?

Je tiens à vous dire d’entrée de jeu que le simple fait d’écrire ces mots me fait mal au cœur. Cependant, force est de constater que face à l’urgence ainsi qu’à l’importance de la crise environnementale, nous devrons certainement, dans un avenir pas si lointain, prendre des décisions drastiques qui changeront notre vie à tout jamais. Aux grands maux, les grands remèdes.

Il faudrait avoir vécu sous une roche dans un territoire extrêmement éloigné afin de ne pas s’apercevoir que notre planète est en danger. Les signaux d’alerte ne manquent pas. Océans pollués de détritus de toutes sortes, conditions météorologiques extrêmes devenues monnaies courantes, extinction d’espèces animales et végétales, dégradation de la qualité de l’eau et de l’air, déforestation généralisée, bref, le bilan de santé de notre planète bleue devient de plus en plus noir.

C’est au début des années 1970, en Nouvelle-Zélande, qu’a vu le jour le premier Parti vert au monde. Au Canada, c’est Elizabeth May qui fonda dans les Maritimes, à la fin des années 70, le Small Party, devenu, en quelque sorte, l’ancêtre du Parti vert du Canada.

Bien que d’immenses pas ont été faits dans la bonne direction depuis une quarantaine d’années, nous ne pouvons que constater que nos efforts afin de protéger l’environnement ne pourront à eux seuls venir rétablir ce fragile équilibre.

J’ai encore espoir. Depuis plusieurs siècles, l’Homme a su traverser les époques en transformant drastiquement son quotidien. De style de vie nomade au sédentarisme, de portage humain ou animal à la roue, de l’agriculture à l’industrialisation, chaque époque a forcé les humains à trouver de nouvelles solutions leur permettant de s’adapter à une nouvelle réalité. 

Serions-nous au tout début d’une nouvelle ère déterminante pour le futur de l’humanité, d’une nouvelle époque ? Je le crois. 

Bien que je comprenne la raison derrière, j’ai toujours été surpris qu’il y ait un Parti vert. La protection de l’environnement, c’est comme la santé ou l’éducation, ce n’est pas une idéologie politique, mais plutôt un besoin humain. Après tout, imaginez qu’il y ait un Parti Santé ou un Parti Éducation… Tristement, si nous sommes rendus aujourd’hui à devoir politiser l’environnement, c’est que nous avons atteint le point de non-retour.

Le constat étant flagrant, serait-ce le temps d’un électrochoc ? Après tant d’années à promettre, dénoncer, voter, manifester, de Greenpeace à Greta en passant par le Pacte, serait-ce le temps de changer de paradigme ? Pourquoi pas... 

Devrions-nous regarder notre planète telle une «business» à développer ? Pourquoi pas ? Après tout, avec un défi de la sorte, ce ne sont pas les occasions d’affaires qui manquent ! Imaginez le potentiel quasi infini pour l’entreprise qui développerait une technologie permettant de nettoyer à grande échelle les mers, océans, cours d’eau, celle qui développerait une vraie voiture écologique, autant les pièces qui la composent que la propulsion qui lui permet de rouler. Imaginez une nouvelle résine de plastique multi-usage recyclable à l’infini, de nouvelles techniques d’agriculture et d’élevage 100% naturelles et sans déchets…

Vous l’aurez compris, la crise environnementale dans laquelle nous sommes est aussi, parallèlement, un véritable eldorado pour le monde des affaires ! 

Face au mur, nous avons maintes fois prouvé que nous pouvons agir rapidement. Le développement, en un temps record, de plusieurs vaccins luttant contre la pandémie de la Covid-19 en est un exemple parfait.

Le monde des affaires est trop souvent pointé du doigt en prenant exemple de ce qui se fait de pire. Je suis cependant convaincu que ce sera le monde des affaires qui trouvera les solutions innovatrices qui nous mèneront à renverser la situation.

Ne soyons pas fatalistes envers ce combat, ne tombons pas dans le jeu de «trouver le grand méchant loup». Voyons ce défi avec les yeux d’un ou d’une jeune entrepreneure qui rêve de changer le monde grâce à son idée. Voyons ce défi comme l’occasion unique de réinventer le monde dans lequel nous vivons et non uniquement comme une idéologie politique prise en otage par une minime fraction de la population et représentée par un parti qui sort des dernières élections fédérales déchiqueté, anéanti par des guerres intestines, un manque flagrant de leadership et de vision.

 

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaires quelques jours après avoir gradué de l’Université de Montréal en science politique. Un peu par hasard, beaucoup par folie, je suis devenu entrepreneur sans trop savoir ce qui m’attendait. Bien que ma première expérience en affaires fut catastrophique, je suis tombé en amour avec l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, je suis à la tête d’un des plus grand producteurs de spiritueux et prêt-à-boire en Amérique du Nord et ce ne sont pas les projets qui manquent! Depuis novembre 2015, je partage chaque semaine ici mes idées, mes opinions et ma vision sur le monde des affaires et les sujets de société qui m’interpellent. Bienvenu dans mon monde!

Nicolas Duvernois

Sur le même sujet

Aucune chance pour les PME!

19/10/2021 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Consommer est encore l’ultime pouvoir que nous avons tous collectivement!

Dans les coulisses du «deal»

12/10/2021 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Autant le suspens d'un «pitch» me rend fou, autant l’effet de surprise rend le tout excitant.

Blogues similaires

Anges et démons

18/08/2021 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Dans le sport comme en affaires, on peut facilement perdre ses repères.

Recyclage du textile: un bilan à en déchirer sa chemise

BLOGUE INVITÉ. L'industrie consomme beaucoup d’eau, de produits chimiques, en plus d'émettre du CO2 et de polluer l'eau.

Le syndrome du dinosaure

20/10/2021 | Valérie Lesage

BLOGUE INVITÉ. Vivre avec la peur d’être dépassé, c’est un moteur pour avancer tout autant qu’un état d’âme énergivore.