Comment convaincre un entrepreneur débordé de vous rencontrer

Publié le 22/02/2017 à 11:15, mis à jour le 22/02/2017 à 11:14

Comment convaincre un entrepreneur débordé de vous rencontrer

Publié le 22/02/2017 à 11:15, mis à jour le 22/02/2017 à 11:14

[123rf.com]

Chaque semaine, je reçois près d’une centaine de demandes de rencontre. Certains veulent me poser des questions, d’autres souhaitent me raconter une tranche de vie ou me présenter leur entreprise. Lesquels choisir?

Jamais je ne me plaindrai de recevoir autant de messages. J’adore ce côté humain de l’entrepreneuriat. Les échanges peuvent nous ouvrir les yeux sur des points de vue différents, faire naître des idées.

Mais dans tous contacts humains, même s’ils se font maintenant souvent par les médias sociaux, il y a une sorte de protocole professionnel à suivre.

Vous ne pouvez pas imaginer le manque de civisme dont font preuve certaines personnes. Bien que je sois très heureux de prendre de mon temps à lire et à répondre aux messages que je reçois, il y a tout de même une limite à ne pas dépasser.

Voilà la goutte qui a fait déborder le vase.

Il y a dix jours, je finissais une semaine éreintante à Paris afin de préparer le lancement de mes produits et d’Adopte inc. Plus d’une vingtaine de rendez-vous en cinq jours, un véritable marathon. Vingt-quatre heures plus tard, je me retrouvais dans l’Ouest canadien. 10000 km plus loin, afin de faire une tournée de 48 heures à Vancouver, Edmonton et à Calgary.

J’étais épuisé, ma boîte vocale était pleine, j’avais plus de 450 courriels non lus. Pire, ça faisait près de deux semaines que je n’avais pas vu ma famille qui me manquait énormément.

Une personne m’avait contacté par Facebook la journée de mon départ en France. Bien entendu, avec un horaire aussi fou, je n’avais pas eu le temps de lui répondre. À peine rentré à Montréal, j’ai reçu de la même personne un message disant que je lui manquais de respect et que pour me pardonner de ne pas avoir répondu, je devais aller le rencontrer afin qu’il me présente son entreprise.

Mes bras sont tombés par terre. J’étais tellement sous le choc que je n’étais même pas fâché, d’ailleurs, j’étais trop fatigué pour l’être! Cette expérience m’a ouvert les yeux sur l’importance de la première approche. Savoir se vendre est encore plus important que de savoir vendre.

Que ce soit pour draguer, nouer une amitié, trouver un emploi ou rencontrer un entrepreneur pour obtenir des conseils, certaines notions de savoir-vivre doivent être respectées.

D’abord, soyez respectueux et flexible. Pour tout entrepreneur, le temps est une denrée rare. Si vous voulez qu’il vous en accorde quelques instants, commencez du bon pied. Offrez-lui de le rencontrer selon son horaire, pas le vôtre.

Aussi, soyez franc et honnête. Rien de mieux que la franchise afin de bâtir une relation. Ne rédigez pas de messages trop longs, mais écrivez avec vos tripes: faites en sorte qu’après la lecture de votre message, nous ayons envie d’en savoir plus.

Puis, comme tout bon pitch, dites-nous l’essentiel en quelques lignes. Qui êtes-vous, que faites-vous et pourquoi voulez-vous nous rencontrer?

Il m’arrive parfois de rencontrer des personnes qui me contactent par les réseaux sociaux. Malheureusement, il m’est impossible de prendre un café avec toutes les personnes qui me le demandent.

Premièrement, je mourrais d’une overdose de caféine. Et surtout, je n’aurais plus de temps à consacrer à mes propres entreprises.

Cependant, comme le veut l’adage: qui ne risque rien n’a rien. Alors, essayez. Mais faites-le bien.

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaire sans trop savoir ce que c’était. Je suis devenu un entrepreneur sans aucune idée de l’aventure dans laquelle je me lançais. Je suis maintenant le dirigeant d’une entreprise qui a le vent dans les voiles. Après avoir complété mon baccalauréat en science politique à l’Université de Montréal et surtout après avoir vécu une première expérience catastrophique en affaire (dans l’univers de la restauration), j’ai décidé de me lancer dans la production de vodka… sans trop savoir ce que je faisais ! À travers ce blogue, je vais vous amener dans les coulisses de l’entrepreneuriat, dans l’antichambre du succès. Une réalité partagée par des milliers de jeunes et moins jeunes entrepreneurs, une réalité qui gagnerait à être partagée !

Nicolas Duvernois