3 conseils pour vous démarquer en affaires

Publié le 23/04/2019 à 11:42

3 conseils pour vous démarquer en affaires

Publié le 23/04/2019 à 11:42

Des pions d'échecs. Le pion du centre projette l'ombre d'un roi.

(Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Depuis maintenant plus d’une dizaine d’années, je navigue dans l’univers de l’entrepreneuriat et du monde des affaires. J’ai la chance d’être aux premières lignes de l’action et de pouvoir être témoin au quotidien des faits et gestes de centaines, voire de milliers d’entrepreneurs. Rares sont les domaines où les «codes» non inscrits sont aussi importants.


En me lançant en affaires, la précieuse innocence entrepreneuriale m’a permis de me lancer dans une folle aventure sans trop savoir ce que j’allais faire. Cependant, ça m’a pris des années avant de réaliser que la différence entre être en affaires et réussir en affaires se retrouve dans des micros détails. 


Malheureusement ou heureusement pour ceux qui l’ont en eux, le savoir-vivre entrepreneurial n’est pas aussi répandu qu’il ne le devrait.


Certes, une bonne gestion des liquidités, des ressources humaines et des dépenses marketing, entre autres, sont primordiales. Cependant, il en faut beaucoup plus pour atteindre le Saint Graal.


Voici, d’après mes observations, trois codes qui ne s’apprennent ni à l’école, ni dans les livres, mais qui sont les clés pour tout succès en affaires.


La reconnaissance


Comme le dit souvent ma bonne amie et entrepreneure Anne Marcotte: Il est important de donner sans attente, mais c’est toujours agréable de recevoir sans oublier. Combien de fois ai-je répondu à des courriels et/ou messages sur les réseaux sociaux afin d’aider une personne lors d’un moment difficile? Ou pour la mettre en contact avec une personne qui pourrait l’aider? Dans de nombreux cas, je n’ai plus eu de nouvelles d'elles après. Bien que je le fasse avec un immense plaisir, un simple merci ou un message de suivi de deux lignes est la moindre des politesses entrepreneuriales.


La générosité


Pourquoi est-ce toujours les mêmes entrepreneurs qui donnent de leur temps, de leurs conseils et de leur argent? Que ce soit la présidence d’honneur d’une soirée de collecte de fonds, être jury lors d’un concours de «pitchs» au Cégep ou simplement enregistrer une vidéo pour un événement, je suis toujours surpris de la quantité d’entrepreneurs qui me disent ne pas avoir le temps ou d’intérêt pour ce type d’initiatives. Dans la vie, on ne peut pas que prendre, il faut aussi redonner. Vous espérez que le client choisisse vos produits ou vos services? Et bien la moindre des choses est de donner également à votre manière. Selon moi, la réussite en affaires doit être combinée à une réussite sociale.


Le sacrifice


On le sait tous, faire toutes sortes de sacrifices est malheureusement une réalité d’entrepreneurs (et pour beaucoup d’autres professions aussi d’ailleurs). Mettre une croix sur la conciliation travail/famille, sur le salaire et sur la qualité de vie pour quelques années est souvent la marche à suivre. Je suis tellement étonné de voir certains entrepreneurs qui, en privé, me disent que leur vie est difficile et qui, sur les réseaux sociaux, vivent une vie que beaucoup envient. Voyages dans le sud l’hiver, soirées restaurants, achat d’une nouvelle voiture et j’en passe! Attention, je ne dis pas de ne pas se gâter parfois, mais quand c’est hebdomadaire, je me pose bien des questions. 


Un courant de pensée entrepreneuriale aux É-U dit «fake it until you make it». Pour ma part, je préfère conseiller aux aspirants entrepreneurs de faire un maximum de sacrifices le plus tôt possible dans leurs parcours afin de se donner un maximum de chances de réussite. Que ce soit de couper les virées magasinage, de ne pas faire de voyages ou de se donner un tout petit salaire pendant quelques années est un très petit sacrifice quand on pense à tout ce que le succès peut nous donner.

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaire sans trop savoir ce que c’était. Je suis devenu un entrepreneur sans aucune idée de l’aventure dans laquelle je me lançais. Je suis maintenant le dirigeant d’une entreprise qui a le vent dans les voiles. Après avoir complété mon baccalauréat en science politique à l’Université de Montréal et surtout après avoir vécu une première expérience catastrophique en affaire (dans l’univers de la restauration), j’ai décidé de me lancer dans la production de vodka… sans trop savoir ce que je faisais ! À travers ce blogue, je vais vous amener dans les coulisses de l’entrepreneuriat, dans l’antichambre du succès. Une réalité partagée par des milliers de jeunes et moins jeunes entrepreneurs, une réalité qui gagnerait à être partagée !

Nicolas Duvernois