Recrutement: ramener les petits à la maisons


Édition du 25 Mai 2022

Recrutement: ramener les petits à la maisons


Édition du 25 Mai 2022

Chaque génération a ses propres valeurs et besoins. (Photo: 123RF)

À LA CHASSE. Les recruteurs ont la vie dure ces temps-ci. Après deux ans de chasse aux perles rares en mode pandémique sur fond de pénurie de main-d’œuvre, ils ont la langue à terre. Attirer et retenir les candidats n’est pas une sinécure quand le taux de chômage est à 4 %. Ce qui complique la chose, c’est la nouvelle réalité du télétravail et la quête de la flexibilité. La conciliation travail-famille doit être redéfinie et réinventée. On en parle depuis 2001 (je me souviens, c’était le sujet de ma toute première chronique au magazine Affaires Plus), mais il est grand temps de s’y attaquer. 

Aujourd’hui, il n’y a plus de standard et chaque entreprise essaie sa recette, la teste, la révise et cherche dans les ingrédients le parfait mélange. Les candidats, de leur côté, écoutent passivement le chant des sirènes qui leur est présenté. C’est vrai qu’ils ont le bon bout du bâton ces temps-ci, ils peuvent butiner en toute liberté et partir pour mieux revenir en renégociant leurs conditions au passage. 

Ceux qui ont ou ont eu des adolescents se souviennent de ce genre de phrase : « Tous mes amis ont le droit rentrer à 2 h du matin et ils peuvent consommer de l’alcool. » Sous-entendu de « tu n’es pas cool et c’est injuste de m’imposer un couvre-feu à minuit ».

Pourquoi je vous dis ça ? Parce que les employeurs se font dire : « Les employés de la compagnie XYZ travaillent à 100 % de chez eux, EUX ! » ou « notre compétiteur n’impose aucun nombre de jours ou de journées désignées de présence par semaine ». Démêler le vrai du faux et faire la part des choses n’est pas facile quand on est en compétition avec un marché de plein emploi. Personne ne veut se faire traiter de dinosaure. 

Que répondre à un candidat que l’on veut attirer qui vous dit « je veux vraiment me joindre à vous, mais je veux travailler uniquement à distance, c’est non négociable », sachant que la politique interne de votre entreprise impose trois jours par semaine au bureau ? On reste vague ? On fait une exception ?

Chaque génération a ses propres valeurs et besoins… Les jeunes sans enfants veulent revenir cinq jours, car ils étouffent dans leur petit condo et veulent se créer un réseau. Les jeunes parents misent sur un mode hybride et des horaires flexibles pour un maximum de une à deux journées par semaine ou par mois. Les plus seniors cherchent des façons d’allonger leurs fins de semaine au chalet. La solution serait-elle dans des politiques agiles et flexibles selon les générations, sans négliger l’équité ?

Que fait-on aussi de ceux qui ont déménagé en région pendant la pandémie ? Plusieurs entreprises ont décidé de se rapprocher de leurs employés et ont ouvert des bureaux en Estrie, dans Lanaudière ou dans le Bas-Saint-Laurent. De son côté, le gouvernement fédéral n’écarte pas l’idée de transformer certains immeubles de bureaux qu’il possède en logements dans les grandes villes du pays. À surveiller, de nouveaux logiciels de mesure de la productivité permettent de suivre les activités de vos employés à distance. Travailler sous haute surveillance « en toute confiance » sera-t-il bientôt la norme ?

Alors, qu’est-ce qu’on fait ? Un ami me suggérait récemment l’idée que le gouvernement devrait créer un ministère de la Guerre des talents pour mieux soutenir les entreprises. En attendant, les employeurs se consultent et sondent leurs employés pour chercher des réponses et des pistes solutions. 

Bref, beaucoup de questions, peu de réponses… sauf peut-être le spectre d’une récession suivant l’inflation galopante de ce début d’année qui tranchera dans le vif et ramènera les petits à la maison. Souhaitons que nous trouvions la formule gagnante avant.

 

À propos de ce blogue

Nathalie Francisci est présidente exécutive pour le Québec chez Gallagher. Elle oeuvre en recrutement de cadres depuis 25 ans. Entrepreneure, experte en gestion des talents, elle est reconnue comme l’une des références au Québec. Femme d’affaires engagée, elle siège sur plusieurs CA. Conférencière et chroniqueuse, ses interventions font la différence par l’énergie et style direct qui s’en dégagent. Passionnée par nature, elle n’oublie jamais qu’elle travaille avec des gens, pour des gens. Elle partagera avec vous ses réflexions et expériences sur l’univers du recrutement et de la gestion des talents pour faire réfléchir autant les individus que les organisations. Nathalie Francisci a été Finaliste au Concours des Mercuriades en 2001, elle a reçu le Prix «Nouvelle Entrepreneure du Québec» en 2001 et «Entrepreneure – petite entreprise» en 2007 décerné par le RFAQ et elle a remporté le Prix Arista en 2008. Elle porte les titres de CRHA et de IAS.A.

Nathalie Francisci
Sujets liés

Stratégies

Sur le même sujet

Déconstruire les vieux mythes

BLOGUE INVITÉ. En achetant Clearwater Seafoods, les Mi’kmaq ont montré qu’ils savent brasser des affaires.

Ce que je ferais de différent

BLOGUE INVITÉ. Après une quinzaine d’années en affaires, le Nicolas d’aujourd’hui est-il si différent?