Pourquoi consulter un conseiller financier?

Publié le 05/12/2011 à 07:21

Pourquoi consulter un conseiller financier?

Publié le 05/12/2011 à 07:21

Par Michel Marcoux

L’évolution de vos placements et du marché exige un suivi constant. Avez-vous le temps d’assurer ce suivi? Savez-vous exactement comment vous y prendre? Malgré toutes vos connaissances et tous vos efforts, vous risquez de tomber sur un os. Il est impossible de s’improviser ingénieur, dentiste ou électricien.

En principe, un conseiller agit de façon objective : en êtes-vous capable? Rappelons que les médecins ne peuvent intervenir auprès de membres de leur famille, justement parce qu’ils n’ont pas le détachement nécessaire pour poser les actes appropriés. Voilà une règle dictée par la prudence, et qui devrait s’appliquer à la gestion de votre portefeuille.

De nombreuses études (voir les études Dalbar) ont démontré que les investisseurs qui utilisent les services de conseillers financiers obtiennent de meilleurs rendements que les personnes qui gèrent leur propre portefeuille. En fait, selon l’une de ces études, sur une période de plus de 11,5 ans, ces investisseurs gardent leurs placements plus longtemps et réalisent des rendements cumulatifs supérieurs de 17 % à ce qu’obtiennent les gens qui se passent de conseils professionnels. Il y a à cela une explication bien simple : le conseiller peut tempérer les émotions de l’investisseur, lesquelles sont souvent à l’origine de comportements aussi regrettables qu’irrationnels. Pourquoi se passer de tels services ?

 

À la une

Bourse: Wall Street en petite hausse après l'accord sino-américain

Mis à jour il y a 37 minutes | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La victoire électorale de Boris Johnson au Royaume-Uni a aussi influencé les marchés.

Titres en action: Empire (IGA), Transat, Transcontinental...

06:49 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Un FNB peut-il faire faillite?

12:28 | Ian Gascon

BLOGUE INVITÉ. N’importe quelle entreprise peut théoriquement faire faillite, pourquoi pas un fonds négocié en Bourse?