David's Tea songe déjà à d'autres marchés que l'Amérique du Nord


Édition du 06 Février 2016

David's Tea entame tout juste son implantation en territoire américain, que déjà la jeune société montréalaise ambitionne d'étendre sa marque dans d'autres régions du monde.

«Nous sommes convaincus que David's Tea a des ailes, que cette marque pourrait avoir une empreinte internationale», a dit le président et chef de la direction, Sylvain Toutant, au cours d'une entrevue exclusive accordée à Les Affaires.

Dans les locaux industriels de la rue Ferrier, aux abords du boulevard Décarie, les 237 employés oeuvrent au déploiement du détaillant de thé, chouchouté de part et d'autre de la frontière canado-américaine, apparemment tant par les X que les Y.

À lire aussi:
David's Tea: bientôt dans un bureau près de chez vous

Il est inscrit à l'indice Nasdaq depuis peu, et son introduction à la Bourse de New York en juin a dépassé toutes les attentes. Au terme de sa première séance, le titre avait progressé de 43 % (8 $ US) par rapport au cours de 19 $ US à l'ouverture. Cet accueil traduit à lui seul tous les espoirs que suscite la chaîne au logo bleu sarcelle dans l'arène mondiale du thé.

Fondée à Montréal en 2008, David's Tea est le produit de l'imagination de David Segal, cousin trentenaire du riche homme d'affaires Herschel Segal, à qui l'on doit entre autres la chaîne de vêtement de mode Le Château. Le détaillant de thé compte aujourd'hui 193 boutiques, dont une quarantaine aux États-Unis.

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

DavidsTea rapporte des profits de 2,6 millions $ malgré la pandémie

DavidsTea a enregistré une forte croissance de 190 % de ses ventes en ligne et en gros.

La perte nette de DavidsTea grimpe en flèche

La société montréalaise affirme avoir perdu 45,8M$, ou 1,76$ par action, pour les trois mois s’étant terminés le 2 mai.

À la une

Régis Labeaume tire sa révérence

Régis Labeaume ne sollicitera pas un cinquième mandat à la mairie de Québec cet automne.

Construction: une entente possible d'ici le 21 mai?

Des entrepreneurs en construction croient toujours possible de s’entendre avec l’Alliance syndicale d’ici le 21 mai.

Montréal n'est pas en situation de crise du logement, selon Andrée Laforest

La ministre responsable de l’Habitation, Andrée Laforest, estime que Montréal ne vit pas de crise du logement.