Recrutement: la grande séduction

Offert par Les Affaires


Édition du 19 Octobre 2019

Recrutement: la grande séduction

Offert par Les Affaires


Édition du 19 Octobre 2019

(Photo: 123RF)

L'ÉDITO. Vous vérifiez votre image dans le miroir. Vous avez mis votre plus belle tenue, celle qui vous donne confiance en vous. Vous voulez faire bonne impression, la première dure généralement longtemps. Vous vous répétez mentalement quelques questions à poser. Vous espérez avoir une belle connexion, que les échanges seront fluides et que vous aurez mutuellement envie de vous revoir. Ça y est, la personne que vous attendiez est arrivée. Votre cœur bat un peu plus vite, vos paumes sont légèrement moites. Vous prenez une grande inspiration, affichez un grand sourire… et vous faites entrer le candidat pour son entretien d’embauche.

Ce scénario vous semble improbable ? C’est pourtant une réalité que vivent un nombre grandissant d’entreprises. La pénurie de ­main-d’œuvre a fait basculer le rapport de force. Désormais, la pression de plaire n’est plus sur les épaules des candidats, mais bien sur celle des entreprises. Ce changement de paradigme révolutionne la fonction du recruteur qui doit désormais être proactif. Pour ce faire, la technologie se révèle un immense atout, en offrant la possibilité de dénicher la perle rare, mais plus discrète. Cependant, comme pour les applications de rencontres, avoir accès à des milliers de personnes ne veut pas dire trouver l’âme sœur en un simple swipe à droite. Le plus difficile, et le plus important, arrive après : séduire suffisamment pour donner envie de faire un bout de chemin ensemble. Pour convaincre les talents dont elles ont désespérément besoin, les entreprises déploient leurs plus beaux atouts : rémunération concurrentielle, avantages sociaux, bien sûr, mais aussi espaces de travail modernes, politique de conciliation ­travail-famille et quantité de petits avantages pour améliorer la qualité de vie au travail, comme des bars à smoothie ou des cours de yoga.

Ces avantages sont certes importants et peuvent effectivement faire basculer le choix du candidat en votre faveur. Ce n’est cependant qu’une première bataille de remportée. Imaginons que l’entretien s’est bien passé. L’embauche est rondement menée, tout le monde est satisfait. Après quelque temps, cependant, la routine s’installe. Les mêmes attraits qui jadis enthousiasmaient finissent par être tenus pour acquis.

Comment, dès lors, garder votre employé satisfait ? C’est ici qu’entre en scène le gestionnaire. Il joue un rôle fondamental puisque c’est sur ses épaules que repose la rétention. Après tout, on se joint à une organisation, mais on quitte son patron. Dans la guerre aux talents, la lutte est farouche, et dans votre attirail, chaque munition sera précieuse. Pour que le recrutement ne soit pas éphémère, les organisations négligent souvent un aspect essentiel : investir dans la formation de ses gestionnaires. Sinon, ces mêmes talents pour lesquels l’organisation a fait tant d’efforts au moment du recrutement finiront par céder aux chants d’autres entreprises qui les courtisent.

Marine Thomas
Rédactrice en chef, Les Affaires
marine.thomas@tc.tc
@marinethomas

À propos de ce blogue

Marine Thomas est rédactrice en chef de Les Affaires. Elle travaille au sein de la rédaction depuis 2016 à titre de directrice de contenu, Journal et Bulletin privilège. Marine est animée par un désir d’offrir à nos lecteurs des contenus pertinents et de grande qualité, que ce soit sous formes papier ou numérique. Par ailleurs, elle agit au CA du Y des femmes de Montréal – YWCA Montreal depuis 2014. Elle est actuellement vice-présidente du CA. Auparavant, elle été rédactrice en chef à la Revue Gestion – HEC Montréal, rédactrice en chef d'Inspiro Média et rédactrice en chef adjointe de Premières en Affaires. Marine possède une maîtrise en Management de la culture et des médias (Spécialité presse et édition) de Sciences Po (Paris).

Marine Thomas

Sur le même sujet

À vous de décider!

Édition du 12 Octobre 2019 | Marine Thomas

L'ÉDITO. Plus de 110 milliards. C'est le montant des promesses électorales fédérales, tous partis confondus.

La Commission sur l'avenir des médias amorce ses travaux

La Commission veut identifier des pistes de solutions quant à différents défis auxquels l’industrie fait face.