Ralentissez, c'est la rentrée!


Édition du 06 Septembre 2023

Ralentissez, c'est la rentrée!


Édition du 06 Septembre 2023

Je vous souhaite une très belle rentrée! Pour ma part, je tenterai de relever les défis qui nous attendent en mettant en pratique le mantra partagé par une amie adepte de yoga: «Souris, respire et ralentis.» (Photo: 123RF)

BILLET. Eh oui, l’été, c’est fini ! Que l’on ait réussi à décrocher ou pas, que l’on revienne reposé ou épuisé, on fait tous face à une même réalité: l’automne sera chaud! Je ne parle pas ici de dérèglement climatique, même si les phénomènes estivaux ont frappé notre imaginaire, mais plutôt du rythme effréné qui s’annonce.

L’automne a toujours représenté une saison où tout s’accélère dans la communauté d’affaires. C’est l’aboutissement de nombreux projets, le moment des budgets, sans parler de la myriade d’événements organisés qui n’en finissent pas d’étirer nos journées.

Cela dit, l’automne 2023 s’annonce être un grand cru. Dans un monde toujours plus complexe et incertain, la pression de sans cesse se réinventer se fait plus grande, entraînant dans son sillage son lot de nouvelles collaborations et de réunions incessantes.

Depuis mon retour de vacances, au fil des différentes rencontres, j’ai été frappée de constater le vertige ressenti par chacun à l’idée des prochains mois. Pour passer la ligne d’arrivée sans complètement nous brûler, on s’échange des astuces pour bien gérer notre temps et des outils pour mieux nous organiser. Et on se quitte en se souhaitant bien du courage.

Nous nous résignons collectivement face à cette résilience forcée. Pourtant, ce rythme est-il réellement une fatalité ? Le titre de ma lecture de chevet du moment, Ralentir ou périr — une passionnante analyse sur la décroissance de l’économiste Timothée Parrique —, sonne comme un terrible avertissement.

Depuis la pause forcée de la pandémie, nous sommes nombreux à être plus conscients de comment et avec qui nous dépensons les 1440 minutes qui nous sont allouées chaque journée. Des entreprises commencent même à faire le choix de renoncer à certains contrats pour garder un rythme soutenable. Faire moins, mais mieux, serait-ce la clé ? La technologie pourrait se révéler une précieuse alliée pour nous libérer. Dans le secteur manufacturier, les gains majeurs de productivité que procure l’intelligence artificielle annoncent une petite révolution industrielle.

Rien de tel à l’horizon dans nos organisations, à court terme en tout cas. Les incertitudes économiques et l’inflation pèsent lourd dans la balance. Certaines entreprises n’y résisteront pas et nous devons nous attendre à une vague de faillites. À l’inverse, d’autres prennent de l’expansion à une vitesse vertigineuse, même si elles sont souvent freinées par la difficulté de recruter.

Partout, le manque de personnel est criant, pas seulement dans le milieu de l’enseignement. Les entreprises continuent donc de se creuser la tête et se servent des réseaux sociaux comme vitrine pour afficher leur culture d’entreprise. Certaines rivalisent d’imagination et tirent leur épingle du jeu. Inspirez-vous des plus ingénieuses pour mieux attirer les talents.

Du côté de notre rédaction, l’automne sera aussi haut en couleur. Nous doublerons la fréquence de parution pour vous offrir sept numéros d’ici décembre et, bien sûr, nous suivrons de près le bras de fer qui oppose actuellement Ottawa et Meta. Pris en otage dans ce combat, les médias perdent un précieux canal de diffusion. Certes, la situation a le mérite de mettre en relief notre dépendance à l’égard des géants de la techno. Le sevrage est cependant brutal. Seul l’avenir nous dira s’il sera dévastateur ou, au contraire, salvateur.

À titre de média spécialisé, nous nous sentons privilégiés de compter sur un lectorat qui nous suit avec assiduité. Nos abonnés au journal contribuent directement à la pérennité d’une information économique de qualité. Je les en remercie infiniment.

J’en profite pour vous rappeler que la meilleure façon de ne manquer aucun article touchant à vos sujets d’intérêts ou écrit par vos journalistes préférés, c’est de vous inscrire à nos infolettres quotidiennes ou thématiques.

Quels que soient vos projets, vos envies, vos bonnes résolutions et votre niveau d’énergie, je vous souhaite une très belle rentrée ! Pour ma part, je tenterai de relever les défis qui nous attendent en mettant en pratique le mantra partagé par une amie adepte de yoga: «Souris, respire et ralentis.»

 

Calendrier de l’automne

300 PME

Votre entreprise a 300 employés et moins ? Inscrivez-la à notre répertoire d’ici le 15 septembre. Nous publierons le classement des 300 plus importantes PME de la province dans l’édition du 25 octobre.

 

PDG DE L’ANNÉE

Vous avez à coeur l’innovation, le bien-être de vos employés et l’envie de redonner à votre communauté ? Soumettez votre candidature à nos prix PDG de l’année d’ici le 24 septembre. Nous dévoilerons les lauréats dans l’édition du 22 novembre.

 

BAROMÈTRE DE L’IA

Où en sont les entreprises québécoises dans leur adoption de l’IA ? Répondez à notre sondage d’ici le 16 octobre. Nous révélerons les résultats de l’étude et des conseils pour réussir ce virage technologique dans l’édition du 13 décembre.

 

INSCRIVEZ-VOUS À NOS INFOLETTRES PAR ICI!

 

 

Marine Thomas
Rédactrice en chef, Les Affaires
marine.thomas@groupecontex.ca
@marinethomas

À propos de ce blogue

Marine Thomas est rédactrice en chef de Les Affaires. Elle travaille au sein de la rédaction depuis 2016 à titre de directrice de contenu, Journal et Bulletin privilège. Marine est animée par un désir d’offrir à nos lecteurs des contenus pertinents et de grande qualité, que ce soit sous formes papier ou numérique. Par ailleurs, elle agit au CA du Y des femmes de Montréal – YWCA Montreal depuis 2014. Elle est actuellement vice-présidente du CA. Auparavant, elle été rédactrice en chef à la Revue Gestion – HEC Montréal, rédactrice en chef d'Inspiro Média et rédactrice en chef adjointe de Premières en Affaires. Marine possède une maîtrise en Management de la culture et des médias (Spécialité presse et édition) de Sciences Po (Paris).

Marine Thomas

Sur le même sujet

Le personnel en santé par habitant est plus abondant qu’il y a 30 ans, selon l’IRIS

«Dans le secteur public, là, il y a véritablement un manque chronique de main−d’œuvre depuis de nombreuses années.»

Technologistes médicaux: une pénurie silencieuse qui crée des retards dans le réseau

Chaque année, 208 millions d’échantillons sont traités dans les laboratoires du réseau de la santé au Québec.