Avenir des médias: un choix décisif

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Septembre 2019

Avenir des médias: un choix décisif

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Septembre 2019

(Photo: 123RF)

Ça y est, les dés sont jetés. Notre sort est désormais entre les mains de la Commission parlementaire sur l'avenir des médias.

Il est de ces moments décisifs qui auront un impact pour les décennies à venir. Ces derniers temps, on a l'impression que ces moments se multiplient. La crise climatique qui plane à l'horizon, tel un ouragan menaçant et promettant de tout emporter sur son passage, n'y est sans doute pas étrangère.

Malgré quelques prises de conscience, les citoyens sont majoritairement insouciants. Après tout, ils n'ont jamais consommé autant de contenu. Il leur est donc difficile de comprendre qu'on sonne l'alerte sur d'éventuelles menaces à la démocratie ou sur la disparition d'une information de qualité. Tout cela semble au mieux lointain, au pire largement exagéré. Malheureusement, ce n'est ni l'un ni l'autre.

Écrasées par les pressions économiques, par des réglementations dépassées et par l'illusion numérique du tout-gratuit, les salles de rédaction doivent composer avec des effectifs de plus en plus réduits. Cela a des conséquences concrètes sur l'information qui en émane, comme la diminution des sujets couverts ou la disparition de journalistes ayant du métier.

Or, dans cet océan d'information qui menace de nous engloutir, les médias sont une bouée de sauvetage. Qu'elle soit locale, nationale ou spécialisée, la presse indépendante et de qualité n'est pas une commodité, mais bien une nécessité.

Imaginons pendant un instant un monde où la presse aurait disparu. À quoi ce monde ressemblerait -il ? On dirait le synopsis d'une dystopie, et pourtant... On a déjà assisté à la disparition d'industries entières, pourquoi pas celle-ci ? Espérons que le réveil n'aura pas lieu trop tard. Avant que le paysage médiatique soit complètement dévasté et que le terreau fertile de la communication mercantile et de la désinformation politique ait pris sa place.

Devant l'ampleur de l'enjeu, il est normal de se sentir démuni. Ou de penser que la responsabilité de régler la situation revient uniquement au gouvernement. Pourtant, chacun à son échelle a des moyens d'agir.

Si la liberté de la presse est importante pour vous, si vous croyez en la valeur ajoutée d'avoir des journalistes expérimentés qui couvrent l'information locale, il faut reconnaître que cela a un coût et donc un prix. Il ne s'agit pas de faire la charité, mais bien de payer pour un service que vous appréciez, comme vous le faites pour le reste de ce que vous consommez.

Comme citoyen, la meilleure manière de soutenir vos médias préférés est de vous y abonner.

Comme décideur dans votre entreprise, vous avez un immense pouvoir d'influence supplémentaire : celui de choisir où annoncer votre offre de produits ou de service. Dans un média d'ici ou dans un géant technologique étranger ?

L'avenir des médias québécois repose en grande partie sur ce choix.

 

Marine Thomas
Rédactrice en chef, Les Affaires
marine.thomas@tc.tc
@marinethomas

À propos de ce blogue

Marine Thomas est rédactrice en chef de Les Affaires. Elle travaille au sein de la rédaction depuis 2016 à titre de directrice de contenu, Journal et Bulletin privilège. Marine est animée par un désir d’offrir à nos lecteurs des contenus pertinents et de grande qualité, que ce soit sous formes papier ou numérique. Par ailleurs, elle agit au CA du Y des femmes de Montréal – YWCA Montreal depuis 2014. Elle est actuellement vice-présidente du CA. Auparavant, elle été rédactrice en chef à la Revue Gestion – HEC Montréal, rédactrice en chef d'Inspiro Média et rédactrice en chef adjointe de Premières en Affaires. Marine possède une maîtrise en Management de la culture et des médias (Spécialité presse et édition) de Sciences Po (Paris).

Marine Thomas

Sur le même sujet