«Restez calme et soyez productif»

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Février 2021

«Restez calme et soyez productif»

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Février 2021

namasté

Soyons à l’écoute, attentifs aux signes de fragilité autour de nous. (Photo: 123RF)

BILLET. Il a la réputation d’être contagieux et toxique, tueur même. Il est aussi redouté que redoutable, affaiblis-sant les capacités physiques et mentales, n’épargnant aucune couche de la population. Pas étonnant donc que le stress et son impact psychologique soient une préoccupation grandissante des entreprises.

Les entrepreneurs sont en première ligne. Une étude de la BDC révélait en novembre dernier que 36 % des propriétaires d’entreprises ressentent des problèmes de santé mentale au moins une fois par semaine. Sans surprise, les facteurs financiers sont les principales sources de stress.

Concentrés à endiguer les effets économiques de la COVID-19, ces chefs d’entreprises ne réalisent pas qu’une autre crise plus insidieuse, mais tout aussi dangereuse, affecte leurs employés et menace la pérennité de leur organisation. Un demi-million de Canadiens s’absentent actuellement du travail chaque semaine pour des problèmes de santé mentale, selon le Centre de toxicomanie et de santé mentale. Le problème n’est pas nouveau, mais le confinement amplifie le phénomène.

Pourtant, les deux tiers des employeurs n’ont pas fourni de soutien supplémentaire en bien-être mental, physique ou financier à leurs employés pendant la pandémie, dévoile une étude de la Sun Life. Heureusement, de plus en plus de dirigeants, sensibilisés à la question, mettent en place des initiatives de bien-être.

Cela n’efface pas le fait que sur le terrain, la pression est forte, le rythme, intense, et la charge de travail, immense. Pris entre l’arbre et l’écorce, le gestionnaire tente de faire suivre l’injonction «restez calme et continuez à être productif». Prêchant par l’exemple, il ajoute donc des activités santé à son calendrier déjà plein à craquer. Mais lorsqu’il doit soutenir un employé au bord de l’épuisement, il est mal outillé pour faire face à la détresse à laquelle il est confronté.

Pour enrayer le problème, il faut réaliser que se préoccuper des questions de santé mentale n’est pas de la seule responsabilité du dirigeant, de l’équipe des ressources humaines ou du gestionnaire. C’est l’affaire de tous. Nous sommes tous dans le même bateau, confrontés à un isolement sans précédent dont nous ne commençons même pas encore à mesurer les répercussions.

Il y a urgence d’agir.

Posons des gestes pour s’entraider. Faisons preuve d’empathie et de bienveillance. Soyons à l’écoute, attentifs aux signes de fragilité autour de nous. Bref, soyons le soutien que nous aimerions recevoir le moment où, à notre tour, nous en aurions besoin.

 

Marine Thomas
Rédactrice en chef, Les Affaires
marine.thomas@tc.tc
@marinethomas

À propos de ce blogue

Marine Thomas est rédactrice en chef de Les Affaires. Elle travaille au sein de la rédaction depuis 2016 à titre de directrice de contenu, Journal et Bulletin privilège. Marine est animée par un désir d’offrir à nos lecteurs des contenus pertinents et de grande qualité, que ce soit sous formes papier ou numérique. Par ailleurs, elle agit au CA du Y des femmes de Montréal – YWCA Montreal depuis 2014. Elle est actuellement vice-présidente du CA. Auparavant, elle été rédactrice en chef à la Revue Gestion – HEC Montréal, rédactrice en chef d'Inspiro Média et rédactrice en chef adjointe de Premières en Affaires. Marine possède une maîtrise en Management de la culture et des médias (Spécialité presse et édition) de Sciences Po (Paris).

Marine Thomas

Sur le même sujet

Tout le Québec passe en zone verte le 28 juin

La situation actuelle permet de procéder au déconfinement, a confirmé le premier ministre François Legault.

Fin de la quarantaine pour les voyageurs pleinement vaccinés contre la COVID-19

Les nouvelles règles entrent en vigueur le 6 juillet prochain.