Privilégier le pourquoi au comment

Publié le 03/01/2023 à 12:45

Privilégier le pourquoi au comment

Publié le 03/01/2023 à 12:45

En 2010, seulement 6% des hauts dirigeants sondés répondaient que la durabilité faisait partie de leurs trois principales priorités corporatives. (Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Dans un sondage réalisé en 2010 par le cabinet McKenzie auprès de hauts dirigeants et d’investisseurs institutionnels, 50% jugeaient la gestion des facteurs ESG (environnement, société, gouvernance) importante ou très importante pour leurs organisations, en regard du développement des produits, ou encore de leur image, réputation ou stratégie. Cependant, peu d’entre eux étaient à l’affût d’investissements dans ce domaine ou des moyens d’intégrer les facteurs ESG concrètement dans leurs pratiques d’affaires. En 2010, seulement 6% des hauts dirigeants sondés répondaient que la durabilité faisait partie de leurs trois principales priorités corporatives.

Dix ans plus tard, le cabinet a renouvelé l’exercice auprès du même type de clientèle. Le nombre de répondants convaincus de la pertinence de telles actions demeurait sensiblement le même (57%), mais plus de 80% des répondants estimaient à présent que les programmes ESG pouvaient créer de la valeur dans l’entreprise au cours des cinq prochaines années.

Si le maintien d’une bonne réputation et la capacité d’attirer et de retenir les talents demeurent les principales raisons pour intégrer cette philosophie de gestion et accroître la performance financière des organisations, d’autres arguments se sont ajoutés au fil des ans, dont l’amélioration de la compétitivité et une réponse plus efficace aux attentes de la société en matière de comportement d’un bon citoyen corporatif.

Des signes de progression notable

Comment les facteurs ESG ont-ils progressé au sein de la direction des organisations ? Une enquête récente effectuée auprès des sociétés canadiennes de l’indice S&P/TSX60 permet d’avancer que 40% de ces entreprises comptent à présent sur les services d’une très haute direction responsable de la durabilité. Les titulaires d’une telle fonction peuvent être également responsables d’autres fonctions telles que le secrétariat institutionnel, les affaires juridiques, la gestion des risques et les communications. Fait à noter, un nombre significatif des titulaires de ces fonctions sont des femmes.

Selon un sondage effectué par le cabinet-conseil Deloitte1 auprès de 80 professionnels travaillant au sein d’institutions financières dans différents pays, la même tendance s’observe quant au positionnement de cette fonction dans les organisations. Trois raisons les incitent à se doter d’une telle fonction au niveau stratégique : l’adaptation à l’environnement externe en profonde transformation, l’importance de développer une structure particulière pour répondre aux attentes des différentes parties prenantes et le constat que les enjeux de durabilité et ESG requièrent une fonction dédiée et stratégique.

Les principales responsabilités des titulaires de ces fonctions sont les suivantes : comprendre les besoins de l’écosystème de l’organisation et les rapporter au sein de l’organisation, aider l’entreprise à revoir sa

stratégie en fonction de ce nouvel environnement et être le promoteur du dossier dans l’organisation en suscitant l’adhésion, en sensibilisant les équipes internes et en regroupant toutes les ressources pouvant faire un succès d’une telle relation.

La complexité des dossiers traités par les responsables de la durabilité, leur aspect stratégique et leurs transversalités exigent que cette fonction relève d’un dirigeant de très haut niveau. Il le faut, car ces personnes doivent souvent distinguer l’urgent de l’important, et s’imposer comme des agents de changement.

L’analyse de Deloitte nous permet également de comprendre les pièges auxquels sont confrontés ces «porteurs de sens» au sein des organisations. Il y a par exemple la perception d’activiste que certains de leurs collègues ou collaborateurs peuvent entretenir, ce qui exige qu’ils soient humbles, modestes et empathiques. Parmi les autres pièges à éviter, mentionnons le maintien d’un dossier sans faille puisque leurs interventions seront scrutées à la loupe, les aléas de relever de la plus haute fonction de l’organisation ce qui peut les fragiliser lorsque ce dernier vit des moments difficiles ou quitte ses fonctions et l’épuisement professionnel puisque ces personnes sont constamment sur la sellette en tant qu’agents de changement.

Une question mérite d’être posée. Comment cette orientation vers la durabilité et une conscientisation aux besoins de l’ensemble des parties prenantes transforment-elles les organisations dans le style de leadership qu’elle privilégie ?

Selon une étude réalisée par le cabinet Accenture2, l’intégration de la durabilité et des facteurs ESG requiert un nouveau style de leadership caractérisé par des éléments suivants : l’inclusion de la perspective des parties prenantes dans le processus décisionnel, l’émotion et l’intuition, la mission et la raison d’être de l’organisation, l’innovation, le développement continu des connaissances et l’esprit critique.

C’est là un nouveau style de leadership qui se distingue du management du siècle dernier où, comme l’écrivait Richard Straub, fondateur et président du Peter Drucker Forum3, il ne suffit pas de faire bien les choses, mais de faire les choses justes en mettant l’accent sur les objectifs et les valeurs et en se souciant moins du comment que du pourquoi.

 

 

À propos de ce blogue

Économiste, titulaire d’une maîtrise en administration des affaires, ainsi que d’une certification en gouvernance, Louise Champoux-Paillé se distingue par une carrière de pionnière dans le domaine des services financiers et professionnels, sa participation à plusieurs conseils d’administration et son engagement à la promotion de la saine gouvernance et de la représentation des femmes au sein des instances organisationnelles. Louise Champoux-Paillé a été présidente fondatrice du Bureau des services financiers, l’ancêtre de l’Autorité des marchés financiers. Elle enseigne la gouvernance et la gestion des risques à l’UQAM et a été nommée récemment co-directrice du Centre Lorenzetti (Université Concordia) dont l’objectif est de créer un carrefour d’expertise et de recherche durablement consacré aux femmes entrepreneuses et dirigeantes. À la recherche constante des nouvelles tendances en matière de gouvernance depuis quinze ans, Louise Champoux-Paillé parcourt quotidiennement différentes publications et études en accordant une attention particulière aux stratégies utilisées par les organisations pour intégrer les facteurs ESG dans leur vision, leur fonctionnement et leur plan de développement et ainsi répondre aux attentes des investisseurs, des actionnaires et de l’ensemble de leurs parties prenantes Louise Champoux-Paillé est membre de l’Ordre du Canada, chevalière de l’Ordre national du Québec, Fellow de l’ordre des administrateurs agréés du Québec et récipiendaire de prix de distinction de l’UQAM et de l’Université Laval. Elle a été admise au Cercle d’excellence de l’Université du Québec. Récemment, la médaille de l’Assemblée nationale du Québec lui était décernée pour l’ensemble de sa carrière.

Louise Champoux-Paillé
Sujets liés

ESG

Sur le même sujet

Plan d’affaires: trois conseils incontournables

28/05/2024 | Nicolas Duvernois

EXPERT INVITÉ. «Je vois le plan d’affaires comme un conseiller indépendant.»

L'EDI en entreprise: au-delà de la polarisation

COURRIER DES LECTEURS. Comment en faire une pratique plus applicable et adaptée à nos milieux d'affaires?

Blogues similaires

Le Québec pâtira-t-il de la guerre commerciale verte avec la Chine?

17/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Les producteurs d’acier craignent que la Chine inonde le marché canadien, étant bloquée aux États-Unis.

Troquer le dollar contre une monnaie locale

22/02/2023 | Éliane Brisebois

BLOGUE INVITÉ. Ces initiatives peuvent grandement bénéficier aux entreprises locales.

Soyez prêts à faire face à une cyberattaque

BLOGUE INVITÉ. Les entreprises doivent mettre sur pied un cyberplan afin d'être prêtes en cas de cyberincident.