Vendre bas pour acheter haut

Publié le 16/11/2011 à 12:32, mis à jour le 17/11/2011 à 08:03

Vendre bas pour acheter haut

Publié le 16/11/2011 à 12:32, mis à jour le 17/11/2011 à 08:03

L'ancrage consiste à fixer son attention sur une valeur passée, même si cette dernière ne devrait pas servir de référence pour prendre une décision éclairée. Par exemple, un individu qui vendrait sa maison à 200 000$ au lieu de 250 000$ dans un marché en pleine ébullition, pourrait justifier sa vente en se disant que de toute façon, il n'avait payé que 120 000$ à l'achat. Comme il garde à l'esprit qu'il se retrouve en situation de profit, il peut aisément tomber dans le piège de l'ancrage en oubliant de baser le prix de vente sur la valeur des maisons actuelles (au marché) plutôt que sur le prix qu'il avait payé.

À l'inverse, une personne ayant déboursé 280 000$ pour la même maison éprouvera davantage de difficultés à vendre à 250 000$, même s'il s'agit de la valeur actuelle du marché. Afin d'éviter une perte, on préfèrera vendre à 280 000$ pour ainsi effacer l'erreur d'avoir acquis la propriété à un prix trop élevé auparavant. Nous sommes en présence de deux perceptions différentes, alors qu'il s'agit pourtant de la même maison. L'ancrage explique cette divergence de vues.

Revenons aux titres A et B. Si la valeur intrinsèque de A s'est détériorée, alors que la valeur de B s'est appréciée, on doit ajuster les calculs en fonction de ces nouvelles données. Si A vaut maintenant réellement 15$, alors que cette valeur atteint au moins 25$ pour B, vendre ''bas'' pour racheter un autre titre plus ''haut'' s'avère totalement justifié si les perspectives du titre ayant grimpé sont plus prometteuses. Malheureusement, vendre à perte un titre pour en acheter un autre qui s'est apprécié demeure contre-intuitif. Pourtant, il arrive fréquemment qu'une entreprise se met à connaître des difficultés imprévues. Dans plusieurs cas, on s'aperçoit que le choix de ce titre constituait une mauvaise décision. Il s'avère alors impératif de reconnaître son erreur et d'encaisser la perte, même si cela implique le fait de remplacer ce titre par un autre qui s'est déjà apprécié.

À propos de ce blogue

Patrick Thénière et Rémy Morel sont associés et gestionnaires de portefeuille chez Barrage Capital, une firme montréalaise de gestion d'actifs. www.barragecapital.com

Les investigateurs financiers

Blogues similaires

Encore trop tôt pour sauter dans l’arène

Édition du 14 Juin 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les banques canadiennes pourraient rester sur le banc des pénalités quelque temps encore.

Nvidia et CAE: des titres qui vont dans des directions opposées

24/05/2024 | Denis Lalonde

BALADO. Nvidia a su satisfaire ses admirateurs cette semaine, ce qui n'a pas été le cas pour CAE, raconte Luc Girard.