Vendre à un prix plus élevé selon les circonstances

Publié le 11/02/2014 à 12:51, mis à jour le 11/02/2014 à 15:05

Vendre à un prix plus élevé selon les circonstances

Publié le 11/02/2014 à 12:51, mis à jour le 11/02/2014 à 15:05

Durant le mois de janvier dernier, le prix du gaz propane a presque triplé pour certains résidents du Colorado. Alors qu'on payait 2,30$ pour un gallon il y a environ trois semaines, il fallait débourser 6$ pour le même gallon une ou deux semaines plus tard. 

La longue vague de froid qui a déferlé sur le continent nord-américain a propulsé la demande pour ce produit, favorisant une hausse des prix alors que les inventaires fondaient rapidement. Les politiciens et les autorités se questionnent donc quant à la légitimité de ces hausses, puisque de nombreux citoyens dépendent du propane pour se chauffer et cuire leurs aliments. Rappelons-nous ici au Québec la grogne que causa la hausse du prix de l'essence. Ce sujet fut débattu pendant longtemps. 

Est-il moralement acceptable pour un producteur ou un détaillant de vendre un produit à un prix plus élevé lorsque la demande s'accroît soudainement? 

Au premier coup d'oeil, on serait tenté de répondre par la négative. Augmenter le prix d'un bien suite à des circonstances qui sont hors de contrôle pour les utilisateurs semble extrêmement opportuniste. Pourtant, nous assistons régulièrement à ce phénomène dans différentes industries. 

Les opportunités créées par les catastrophes

Blogues similaires

Encore trop tôt pour sauter dans l’arène

Édition du 14 Juin 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les banques canadiennes pourraient rester sur le banc des pénalités quelque temps encore.

Bourse: la Banque Royale fait trembler le marché des actions privilégiées

19/04/2024 | Denis Lalonde

BALADO. La Banque Royale envoie un signal clair qu'elle pourrait racheter toutes ses actions privilégiées.