Un assureur faisant preuve de prudence

Publié le 27/04/2014 à 16:58

Un assureur faisant preuve de prudence

Publié le 27/04/2014 à 16:58

La croissance à tout prix, c'est ce souvent auquel on assiste chez les sociétés publiques. Il s'avère particulièrement tentant pour les dirigeants de faire gonfler le chiffre d'affaires, au détriment des profits futurs. Des revenus plus élevés signifient normalement des salaires plus intéressants pour la haute direction. Cette tentation cause de sérieux problèmes dans le secteur de l'assurance, qui est fortement cyclique. 

Lorsque les primes pour un même risque plongent, un assureur peut décider de laisser les contrats arriver à maturité sans les renouveler. Ainsi, ses revenus accusent une baisse, mais son exposition au risque est également réduite. Toutefois, afin de conserver ou d'augmenter ses parts de marchés, une société d'assurance aura le réflexe d'accepter d'assumer davantage de risques même si elle est moins bien rémunérée pour le faire. 

Actuellement, une certaine hausse des prix peut être observée en assurance aux États-Unis, mais ce n'est pas le cas en réassurance, particulièrement pour les risques reliés aux catastrophes. Lorsque Dame Nature conserve son calme pendant un certain temps, les réassureurs enregistrent des profits élevés. Il se crée alors un surplus de capital qui sera souvent utilisé pour supporter une croissance des primes. Toutefois, cela augmente l'offre globale, occasionnant ainsi une pression à la baisse sur les primes. En 2013, les montants assurés consacrés aux réclamations des catastrophes ont atteint 31G$ américains, comparativement à 56G$ en moyenne pour les dix dernières années. 

Un secteur très compétitif et un assureur prudent

Blogues similaires

La Bourse toujours aussi ambivalente

BLOGUE. L'emploi rassure tout comme la Fed, mais tous les yeux sont fixés sur la visite de Liu He à Washington.

Risques de récession: comment expliquer la résilience des marchés boursiers?

11/10/2019 | Denis Lalonde

BALADO. Malgré les signes de récession, la Bourse reste près de ses sommets historiques. Voici pourquoi.