Résister à l'appât du gain

Publié le 24/03/2010 à 23:30

Résister à l'appât du gain

Publié le 24/03/2010 à 23:30

BLOGUE.

Plusieurs signes économiques indiquent une reprise aux États-Unis, et les indices boursiers ont fortement rebondi depuis le creux du 9 mars 2009. Quoi de plus facile que d'afficher une attitude enthousiaste face à de tels éléments?

En temps qu'investisseur prudent, on se doit d'éviter de tomber dans le piège de l'appât du gain. Prenons un exemple concret. La Preferred Bank (PFBC -  Nasdaq) déssert une clientèle chinoise à Los Angeles. Le titre se transige à seulement un cinquième de sa valeur au livre. Et pour cause : les mauvais prêts représentent un pourcentage élevé du portefeuille. Mais, si l'économie continue de s'améliorer, le titre pourrait quintupler.

Cependant, acheter un tel titre constituerait un changement à notre stratégie, et très certainement un manque de discipline! En effet, nous sommes fortement investis dans les petites banques américaines. Et nous nous sommes concentrés uniquement sur les plus solides. Par exemple, la Wilshire Bancorp (WIBC- Nasdaq), qui déssert une clientèle coréenne dans la même ville, possède des attributs à rendre jalouse la Preferred, qui est en difficulté. Si l'économie va bien, Wilshire offrira encore un rendement satisfaisant. Mais dans le cas contraire, elle devrait profiter de la faiblesse de ses compétiteurs, et bénéficier d'une entente favorable avec la FDIC pour s'emparer des actifs d'une banque en faillite (alors que la Preferred elle, ferait faillite).

Or, nous avions acquis le titre WIBC à 6$, et comme il a déjà presque doublé, il nous serait facile de déborder d'enthousiasme et de le vendre  pour acquérir à la place des actions de la Preferred Bank. Nous réaliserions alors notre profit et pourrions quintupler le tout par la suite!

Voilà le genre d'erreur qu'il faut éviter à tout prix. Les problèmes ne sont pas terminés aux États-Unis, et en tout temps, nous devons rester concentrés sur le risque plutôt que de nous laisser séduire par les rendements potentiels. Ce n'est certainement pas le temps de vendre des titres de qualité pour garnir le portefeuille de titres plus médiocres! Même si nous pensons que le pire de la crise est passé, nous devons ne jamais perdre de vue qu'il est possible que ce ne soit pas le cas.

 

Blogues similaires

Il y a toujours des raisons de garder espoir

BLOGUE. La Bourse s'offre un deuxième mois fort rentable grâce aux largesses monétaires.Les indicateurs se contredisent.

Bourse: comment s'inspirer des plus grands investisseurs de l'histoire

BALADO. François Rochon commente les philosophies de Philip Fisher, Peter Lynch, Benjamin Graham et Warren Buffett.