Rendez vos employés heureux, vos actionnaires vous diront merci

Publié le 26/07/2019 à 11:20

Rendez vos employés heureux, vos actionnaires vous diront merci

Publié le 26/07/2019 à 11:20

(Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Le 15 et 16 juillet, Amazon a organisé son événement Prime Day, qui permet aux membres de trouver de bonnes affaires sur leur site web. L'année dernière, Prime Day a généré un chiffre d'affaires de 4,19 G$ et les prévisions pour les 2 jours de cette année sont de 7.1 G$. Mais comment l'entreprise continue-t-elle à obtenir autant de succès? Principalement en gardant un focus obsessionnel sur la clientèle. La mission de la compagnie est «d'être la société la plus axée sur le client de la planète».

Nous vivons à une époque où les entreprises s'efforcent constamment de plaire à court terme à leurs actionnaires en se concentrant sur les bénéfices du prochain trimestre plutôt que sur ceux des années à venir.

Amazon a une approche complètement différente. Ce n'est pas que l'entreprise oublie totalement ses actionnaires. Après tout, Jeff Bezos a écrit ceci dans sa première lettre aux actionnaires: «Nous sommes convaincus que la valeur que nous créerons à nos actionnaires sera une mesure fondamentale de notre succès à long terme». La société comprend parfaitement que les rendements pour les actionnaires s’accumulent lorsque l’on traite adéquatement tous les parties intéressées. Examinons rapidement trois groupes intéressés (clients, employés et fournisseurs) et leur relation avec Amazon.

Les clients. Amazon apporte continuellement des améliorations pour augmenter l’inventaire d’articles à vendre, réduire ses prix et augmenter la qualité du service. Il est dans l’ADN de l’entreprise de ne pas se reposer sur ses lauriers. En 2005, lorsque la société a débuté l’expédition en 2 jours, cela semblait révolutionnaire, mais ça ne s’est pas arrêté là. À certains endroits, il est maintenant possible d’obtenir la livraison en 2 heures!

Employés. Pendant l’événement Prime Day de cette année, certains employés sont en grève pour obtenir de meilleures conditions de travail chez Amazon. Bien qu'il soit important de faire preuve d'empathie envers les travailleurs, il est également important d’examiner les contre-arguments. Amazon a volontairement augmenté son salaire minimum à 15 $ US/heure l'année dernière à travers l'Amérique. Afin de maintenir un effectif très motivé, la société dispose également d'un programme «Pay to Quit» selon lequel les employés peuvent obtenir jusqu'à 5 000 dollars dans certains cas pour quitter Amazon. L'entreprise est d’avis que des employés malheureux, c’est mauvais pour tous.

Fournisseurs. Il existe un certain discours selon lequel Amazon et Jeff Bezos sont un gros méchant monopole diabolique. Un certain scepticisme vis-à-vis le pouvoir des entreprises est sain pour notre société, mais que disent les données? Son programme tiers, qui permet aux entreprises individuelles de vendre leurs produits sur Amazon, est passé de 3% des ventes brutes sur Amazon en 1999 à 58% en 2018. Ce n’est clairement pas le comportement de fournisseurs mécontents.

Il s'agit ici que d'un exemple où une entreprise place les parties intéressées avant les actionnaires. Quel a été le résultat? Depuis 1997, le titre a enregistré un exceptionnel rendement de 115 553%! L’actionnaire n’arrive peut-être pas en dernière place finalement.

Patrick Thénière, CIM, Associé Barrage Capital

 

À propos de ce blogue

Patrick Thénière et Rémy Morel sont associés et gestionnaires de portefeuille chez Barrage Capital, une firme montréalaise de gestion d'actifs. www.barragecapital.com

Les investigateurs financiers
Sujets liés

Bourse

Blogues similaires

Le vent tourne-t-il en Bourse?

BLOGUE. Un seizième record pour le S&P 500 cette année suscite encore la méfiance.

Faibles taux obligataires: l'option des débentures convertibles

08/11/2019 | Denis Lalonde

BALADO. Les faibles rendements obligataires rendent les débentures convertibles plus attrayantes, dit Vincent Fournier.