Pétrole : le bon côté des contrats à terme

Publié le 17/05/2011 à 09:30, mis à jour le 17/05/2011 à 10:32

Pétrole : le bon côté des contrats à terme

Publié le 17/05/2011 à 09:30, mis à jour le 17/05/2011 à 10:32

Les contrats à terme réduisent ainsi les risques et les coûts globaux dans l’économie.  Les transporteurs aériens n’ont plus autant besoin d’entreposer de stocks, et ils peuvent dormir sur leurs deux oreilles lorsqu’ils fixent le prix des sièges.

Il faut comprendre que dans un contrat à terme il y a toujours deux partis, l’acheteur et le vendeur.  Dans notre exemple, le transporteur aérien est l’acheteur.  Mais qui est le vendeur ?  Il peut s’agir d’une compagnie productrice de pétrole, qui fait face à un problème similaire à la compagnie aéenne.  Elle engage des dépenses et investit dans des infrastructures pour extraire le pétrole aujourd’hui, sans savoir quel sera le prix du baril au moment où il sera enfin livré au client.  Le contrat à terme permet donc aux deux parties (acheteur et vendeur) de réduire leur risque.

Et qu’en est-il des spéculateurs? N’importe qui peut acheter ou vendre des contrats à terme par le biais des bourses.  Un investisseur qui croit que le prix va monter peut acheter des contrats à terme.  Celui qui croit que le prix va descendre peut vendre ces mêmes contrats.  Ce faisant, les spéculateurs procurent de la liquidité aux marchés, c’est-à-dire qu’il sera plus facile pour les transporteurs aériens et les producteurs de pétrole de transiger des contrats à terme s'il y a plus d’acheteurs et de vendeurs sur le marché.

Fait intéressant à noter, le marché des contrats à terme est un jeu à somme nulle (zero-sum game).  Ainsi, au moment de la livraison, le baril du pétrole pourrait se transiger au-dessus ou au-dessous du prix convenu par contrat.  Tout gain effectué par l’une des parties implique nécessairement une perte de l’autre partie.  Pour revenir à notre exemple, si le prix au marché est supérieur au prix du contrat, le transporteur aérien empoche la différence, et le producteur de pétrole assume la perte.  Dans les deux cas, ils auront tout de même réduit leur risque opérationnel.

Blogues similaires

Bourse: la rotation record vers la valeur coupe le souffle

BLOGUE. Le déplacement violent des chouchous de la croissance aux titres retardataires épate et dérange à la fois.

Bourse: pourquoi Claret se tient loin du bal des prévisions annuelles

20/11/2020 | Denis Lalonde

BALADO. La société de gestion de portefeuille de placements Claret se tient loin du bal des prévisions annuelles.