La lente dégradation se poursuit en Europe

Publié le 19/08/2011 à 18:12, mis à jour le 19/08/2011 à 20:06

La lente dégradation se poursuit en Europe

Publié le 19/08/2011 à 18:12, mis à jour le 19/08/2011 à 20:06

© Igor Kovalchuk | Dreamstime.com

BLOGUE.

Il s'avère très difficile d'ignorer les événements qui se déroulent en Europe ces jours-ci. La plupart des investisseurs boursiers voient leurs titres s'effondrer chaque fois que des échos d'instabilité surviennent de l'autre côté de l'Atlantique. Les autorités sont dans l'impasse. Elles cherchent une solution, mais la vraie solution à adopter n'est pas facile.

Actuellement, la Grèce connaît encore une fois une crise sévère, car il lui est impossible d'atteindre ses objectifs de réduction de déficit comme prévu. Quelle surprise! On coupe sévèrement dans les dépenses, mais on oublie que ce genre de mesure affecte directement les revenus de l'état. Par le passé (et encore aujourd'hui), les gouvernements utilisaient régulièrement l'emprunt pour octroyer des services pour lesquels la société ne détient pas les moyens financiers de s'offrir. Ces dépenses publiques créaient des revenus par le biais des taxes et des impôts des particuliers, directement ou indirectement. Lorsque le président d'un pays prévoit émettre des subventions pour stimuler la création d'emplois, il pense à toutes les répercussions. Un gros investissement dans un projet contribue à faire travailler des citoyens qui paient de l'impôt. Une fois cet impôt payé, ces citoyens dépensent dans les restaurants et les boutiques. D'autres impôts et taxes sont donc engendrés. Or, il est tout à fait normal de penser que si l'on commet l'action inverse en réduisant les dépenses, des répercussions négatives sont à prévoir.

Par conséquent, chaque coupure dans les dépenses devraient être contrebalancées par des incitatifs pour le secteur privé. On doit les amener à investir, à embaucher et à dépenser. Nous n'avons pas été témoins d'efforts significatifs en ce sens. Dans bien des cas, le contraire se produit. Par exemple, lorsque les autorités ont sévèrement resserré les règles pour les fonds de couvertures en Europe, elles ont également découragé certains à poursuivre leurs opérations, en plus d'effrayer tout nouvel aspirant dans ce domaine. Ajoutons à cela les augmentations de taxes et d'impôts, et nous pouvons comprendre aisément que le travail au noir, qui s'avère un fléau en Grèce, ne sera pas enrayé de sitôt!

Blogues similaires

Bourse: à la recherche du «nouveau normal»

ANALYSE. En attendant la Fed le 21 septembre, le duel entre l'inflation et l'économie soulève des débats.

Bourse: le temps de miser sur l'industrie automobile?

12/08/2022 | Denis Lalonde

BALADO. Les titres boursiers des constructeurs automobiles ont été lourdement affectés par la COVID-19.