La classe moyenne va s'appauvrir davantage

Publié le 04/04/2012 à 09:58, mis à jour le 04/04/2012 à 10:20

La classe moyenne va s'appauvrir davantage

Publié le 04/04/2012 à 09:58, mis à jour le 04/04/2012 à 10:20

© Nikolai Sorokin | Dreamstime.com

BLOGUE.

Vous vous souvenez du fameux discours à l'effet que l'écart entre les riches et les pauvres s'agrandit de plus en plus. Le mouvement Occupy Wall Street avait mis l'emphase sur cette statistique. Face à une telle tendance, on pourrait s'attendre à ce que la classe moyenne, qui fait partie du ''99%'', entreprenne toutes les actions nécessaires et agisse de façon rationnelle afin de contrer le phénomène. Malheureusement, il semble que ce soit l'inverse qui se produit. Les choix de la classe moyenne vont vraisemblablement les conduire de plus en plus vers la pauvreté, alors que les mieux nantis verront leur valeur nette s'accroître substantiellement. Ce phénomène se produira surtout aux États-Unis, mais le Canada ne sera pas épargné si une récession survient et que les canadiens adoptent un comportement similaire. 

Vous avez été témoins de la remontée de la bourse depuis le creux de la crise. Vous aurez également remarqué que les obligations américaines n'ont jamais été aussi populaires! Observez le graphique suivant. Les taux se situent à un niveau deux fois moins élevé que le record enregistré au cours des 50 dernières années! Il démontre clairement que les obligations américaines ont la cote auprès du public, puisque l'on se contente de taux de plus en plus ridicules. Nous ne sommes donc point étonnés lorsque nous lisons dans les médias que les petits investisseurs restent à l'écart de la bourse, malgré ses belles performances depuis le début de l'année.

Blogues similaires

Le plancher au deuxième trimestre, selon les pros

BLOGUE.107 pros sondés par la Banque Scotia ont commencé à racheter des actions, même si le plancher n'est pas arrivé.

Bourse: trop tôt pour parler d'un rebond durable, dit Luc Girard

03/04/2020 | Denis Lalonde

BALADO. Les indices se maintiennent au-dessus des creux du 23 mars, mais il est trop tôt pour parler de rebond durable.