Investir à court ou long terme: le cas de General Motors

Publié le 27/05/2015 à 17:19

Investir à court ou long terme: le cas de General Motors

Publié le 27/05/2015 à 17:19

Revenons à General Motors. Nous l'aimons à court ou moyen terme, mais pas à long terme. Contradiction? Si vous nous demandez où sera rendue l'entreprise dans 10 ans, nous n'en avons aucune idée. D'ici là, les voitures électriques auront peut-être envahi le marché, sans parler des voitures qui se déplaceront sans chauffeur. Difficile de savoir à quoi ressemblera l'industrie dans l'avenir avec un changement aussi significatif. Nous savons par contre que le montant auquel nous avons acquis le titre se trouve bien en-deçà de l'estimé actuel que nous lui avons attribué.

Cette société affiche un excellent bilan, ce qui contraste avec la situation financière qui prévalait avant la crise. La restructuration entreprise par le gouvernement en 2009 a permis l'assainissement de leurs finances, incluant entre autres un allègement des passifs liés aux bénéfices post-retraites des fonds de pensions. Quant à la profitabilité, elle est appelée à augmenter, grâce à l'amélioration de l'économie américaine ainsi que la bonne gouvernance de la dirigeante Mary Barra. En prime, le bas prix de l'essence stimule la vente de camions légers, dont les bénéfices constituent une part importante chez GM. 

Tous ces éléments sont passagers. Dans 5 ou 10 ans, la situation aura changé. L'économie pourrait connaître une récession dans le futur. Mme Barra quant à elle aura terminé d'améliorer les bénéfices, et son objectif à long terme sera probablement atteint. Quant à l'essence, peut-être que l'électrification la rendra inutile dans le monde du transport!

Et que dit Warren Buffett?

Blogues similaires

Que disent l'emploi et d'autres signaux pour la suite en Bourse?

BLOGUE. L'emploi est un indicateur contraire parce que le chômage ne peut que s'améliorer après une récession.

Bourse: la sous-performance des titres à petite capitalisation tire à sa fin

03/07/2020 | Denis Lalonde

BALADO. À la sortie des corrections, les rendements potentiels des titres à petite capitalisation sont importants.