FNB: une bonne idée qui est allée trop loin?

Publié le 14/06/2019 à 10:11

FNB: une bonne idée qui est allée trop loin?

Publié le 14/06/2019 à 10:11

Des courtiers sur le plancher de la Bourse de New York.

(Photo: Getty images)

BLOGUE INVITÉ. Le monde de la finance regorge d'innovations tels les fonds négociés en bourse (FNB). Ceux-ci ont d’ailleurs bénéficié d’une grande acceptation dernièrement. Au cours de la dernière décennie, selon le cabinet d’études ETFGI, les fonds négociés en bourse et leurs actifs sous gestion ont considérablement augmenté, passant de 1 trillion(T) $US (1000 milliards $US) à 5,6T $US dans le monde. Les investisseurs ont clairement voté avec leurs portefeuilles.

En examinant ces produits de plus près, nous pensons qu’il pourrait y exister des lacunes, et ceci pourrait offrir une opportunité aux investisseurs valeur.

Nous sommes des investisseurs actifs et le lecteur attentif pourrait ainsi remettre en question nos intentions avec de tels commentaires. Après tout, les Anglais disent souvent qu'il ne faut pas demander à un coiffeur s'il faut se faire couper les cheveux. Pour assurer le lecteur de notre analyse impartiale, commençons par l’aspect positif des FNB. Évidemment, ils offrent à l’investisseur moyen la capacité de diversifier son portefeuille à faible coût sur le marché des actions. Ils sont également très liquides et peuvent être achetés et vendus facilement.

Passons maintenant aux moins bons côtés. Les FNB ont acquis une position dominante sur l’un des marchés les plus solides de tous les temps, les actions. Les flux entrants ont été impressionnants. En 2018 seulement, les FNB ont reçu des entrées de fonds de 311 milliards de dollars, chiffres inférieurs à ceux de 2017, avec 471 milliards de dollars.

Cependant, l'inévitable récession finira un jour par arriver. Lorsque cela se produira, les acheteurs de FNB seront-ils des acheteurs jusqu’au bout? Si oui, il n’y aura pas de problème. Mais dans le cas contraire, les prix continueront à baisser jusqu'à ce que le marché trouve un acheteur naturel. Cela pourrait faire en sorte que le fournisseur de FNB devienne un vendeur forcé des titres sous-jacents, peu importe leur valeur, afin de fournir des liquidités aux rachats des investisseurs.

Un autre problème avec les FNB est qu’il n’y a pas d’analyse fondamentale effectuée pour faire un achat. Un FNB n'a qu'une seule raison d'acheter des actions, et c’est lorsque les entrées d’argent sont positives.

Qu'en est-il de l'investisseur valeur?

De son côté, un investisseur valeur possède plusieurs raisons pour effectuer un achat de titre. La société a-t-elle un avantage concurrentiel? Y a-t-il une bonne gestion de l’entreprise? Le prix fait-t-il du sens? Le secteur des placements est extrêmement concurrentiel et le fait de remplacer des investisseurs avertis par des FNB pourrait en réalité être positif pour les investisseurs valeur qui accordent beaucoup plus d’attention à leurs achats.

En conclusion, nous constatons que le FNB est une innovation très positive pour les marchés financiers à long terme. Bien que de nombreux commentateurs pensent que cela marque la fin de l'investisseur actif, nous pensons qu’il s’agit peut-être du contraire pour ceux qui apportent une réelle valeur ajoutée. En période de panique, ces nouveaux outils d’innovation financière, comme beaucoup d’autres auparavant, pourraient constituer une source d’opportunités.

À tous les investisseurs valeur entreprenant, soyez patients et restez vigilants!

Patrick Thénière, CIM, Associé Barrage Capital

 

Sur le même sujet

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

Mis à jour le 11/05/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quelles sont les entreprises qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la semaine?

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

01/02/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quelles sont les entreprises qui ont marqué l'actualité boursière? SNC-Lavalin et Facebook en font partie.

Blogues similaires

Bourse: semaine festive pour les Fêtes nationales

Mis à jour le 06/07/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. On saura bientôt à quel point le regain boursier dépend d'une baisse des taux par la Fed.