Aegon : le titre à revenu ou l'action ordinaire?

Publié le 08/12/2011 à 11:56, mis à jour le 08/12/2011 à 12:36

Aegon : le titre à revenu ou l'action ordinaire?

Publié le 08/12/2011 à 11:56, mis à jour le 08/12/2011 à 12:36

© Oleksiy Mark | Dreamstime.com

BLOGUE.

Dans notre blogue précédent, nous discutions de la contration en portfeuille. Les titres AEG et AEB sur la bourse de New-York constituent de beaux exemples pour comparer un titre plus risqué à fort potentiel, avec un titre moins risqué au potentiel plus modeste.

Dans bien des situations, les comparaisons peuvent devenir laborieuses lorsqu'on tente d'estimer le potentiel de deux titres totalement différents. Cependant, dans le cas des deux titres ci-haut, il s'agit de la même compagnie, pour laquelle nous avons sélectionné l'action ordinaire ainsi qu'un de ses titres à revenu cotés en bourse.

Aegon est une compagnie d'assurance-vie dont le siège social est situé aux Pays-Bas. Une grande partie de ses clients sont basés aux États-Unis. Ironiquement, un certain analyste avait publié un commentaire sur Aegon à l'effet que sa grande dépendance au marché américain diminuait son attrait. Bien qu'il soit particulièrement difficile de rentabiliser une compagnie d'assurance-vie lorsque les taux d'intérêts demeurent aussi bas, comme c'est le cas aux États-Unis, nous y voyons plutôt là un élément intéressant. Le fait qu'elle soit exposée davantage au marché américain nous rassure!

Le titre AEG réfère aux actions ordinaires. Actuellement, le titre se transige bien au-dessous de sa valeur au livre. Aegon a connu des difficultés durant la crise, à un point tel que le gouvernement est intervenu en investissant un montant de 3G$ d'euros par le biais de son principal actionnaire, Vereniging. Ce montant a été depuis remboursé. La société avait vu son équité fondre de plus de 60% durant la crise, mais la situation s'est rétablie et la direction a entrepris d'importantes mesures pour réduire les risques. Malgré tout, Aegon demeure exposée à certains risques financiers. En contrepartie, si son titre s'appréciait suffisamment pour atteindre sa valeur au livre, nous obtiendrions un rendement d'environ 170%.

Blogues similaires

Encore trop tôt pour sauter dans l’arène

Édition du 14 Juin 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les banques canadiennes pourraient rester sur le banc des pénalités quelque temps encore.

Deux points de pourcentage qui font une grosse différence

Édition du 22 Mai 2024 | Denis Lalonde

EN ACTION. Les matins se suivent et se ressemblent, chantait le regretté Joe Dassin.