Un seul tarif par région pour le transport adapté

Publié le 09/07/2021 à 16:11

Un seul tarif par région pour le transport adapté

Publié le 09/07/2021 à 16:11

Le gouvernement doit mettre en place un tarif fixe par région pour toute la province afin de laisser les soumissionnaires compétitionner sur la qualité des services. (Photo: 123RF)

Un texte de François Cyr, porte-parole du Comité provincial de concertation et de développement de l’industrie du taxi (CPCDIT) et Yung Cuong, porte-parole de Taxi Para-Adapté

 

COURRIER DES LECTEURS. Nous demandons au gouvernement de mettre en place un tarif fixe par région dans les appels d’offres publics qui concernent le transport rémunéré de personnes et les sociétés de transport adapté ainsi que le réseau de la santé. Le besoin d’uniformiser les pratiques lors d’appels d’offres dans l’industrie du taxi et du transport adapté non médical afin d’assurer un service de qualité à un prix abordable est criant. Notre demande n’a pas pour but d’augmenter les tarifs, mais bien de sécuriser les effectifs de ce service essentiel.

Le gouvernement doit mettre en place un tarif fixe par région pour toute la province afin de laisser les soumissionnaires compétitionner sur la qualité des services. Nous demandons que les paramètres de calcul et les standards des sociétés de transport ainsi que le réseau de la santé et des services sociaux soient uniformes pour permettre des économies d’échelle. Il existe plusieurs tarifs présentement au Québec puisque chaque société de transport a le sien. Juste dans la région du Grand Montréal : la STM a un taux horaire selon le kilométrage, alors qu’EXO et la STL utilisent un taximètre, et la RTL est à un taux horaire sans calcul du kilométrage.

Notre solution fait partie d’un lot de propositions qui permettraient au gouvernement d’économiser tout en assurant un service de qualité et uniforme à l’ensemble de la province. Cela permettrait également de tenir compte de la densité de la population des grandes villes dans les barèmes pour obtenir un tarif qui inclut le temps et le kilomètre utilisés en moyenne. Dans les régions plus éloignées, comme il y a un service moins achalandé, le tarif chargé est très différent de ceux des grandes villes. Nous désirons que le tarif soit calculé selon les mêmes barèmes de prix de la CTQ, et ce, peu importe la région.

Nous avons déjà proposé des pistes de solutions que l’on espère voir s’appliquer rapidement par le gouvernement dans l’objectif de garantir une qualité de service. Nous pensons notamment à l’uniformisation des tarifs dans les appels d’offres publics à travers la province, la mise en place de normes nationales pour favoriser la qualité des services en transport adapté et l’uniformisation des frais de gestion par région. Il n’y a présentement aucune restriction dans les agglomérations, et les entreprises n’ont pas les mêmes normes et tarifs. Il s’agit non seulement d’un casse-tête inutile pour notre gestion interne, mais également une source de confusion pour nos conducteurs et nos usagers qui voient les coûts changer constamment.

Au final, c’est le gouvernement qui encaisse la facture des sociétés de transport et ce sont les patients et les utilisateurs qui sont pénalisés pour le manque de services de qualité. Ce que nous proposons assure une meilleure gestion des coûts pour les sociétés de transport, un salaire compétitif pour les travailleurs de l’industrie et un service de qualité pour les patients.

 

À propos de ce blogue

La réaction de Les Affaires réserve cet espace aux lecteurs qui voudraient réagir aux textes d’opinions et d’analyse publiés sur son site internet par ses chroniqueurs et ses experts invités. Seuls les textes respectueux et clairement argumentées seront considérés. Les propos tenus dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Les personnes souhaitant publier une lettre d’opinion dans la rubrique Forum sont invitées à soumettre leur texte à redactionlesaffaires@groupecontex.ca

Sur le même sujet

Vaccin par voie nasale: un espoir pour limiter la transmission de la COVID-19

17/09/2021 | AFP

En agissant sur le site initial de l'infection, plusieurs essais semblent prometteurs contre la transmission du virus.

La Nouvelle-Écosse enregistre un déficit de 341,6M$ pour 2020-2021

Selon le ministre des Finances, ce montant n’affectera pas la promesse électorale du nouveau gouvernement en santé.