Un passeport vers un avenir inquiétant

Publié le 17/08/2021 à 10:44

Un passeport vers un avenir inquiétant

Publié le 17/08/2021 à 10:44

passeport vaccinal

«Notre droit à la vie privée ainsi que plusieurs autres droits fondamentaux sont défiés actuellement puisqu’aucun débat n’a eu lieu», selon François Lebel. (Photo: Mat Napo pour Unsplash)

Un texte de François Lebel, chef d’entreprise et consultant spécialisé en publicité numérique depuis plus de 12 ans 

 

COURRIER DES LECTEURS. Présenter une preuve vaccinale obligatoire pour accéder à des lieux publics implique l’utilisation de plusieurs technologies de pointe, qui feront subtilement, pour ne pas dire sournoisement, leur entrée dans nos vies. 

La première de ces technologies est la chaîne de bloc (blockchain). La technologie de la chaîne de bloc est en fait un immense registre de données inaltérable. Ce type de registre peut enregistrer diverses données telles que les transactions financières, les conversations, les échanges, les renseignements privés sur notre santé, les habitudes de vies et les préférences, les déplacements dans divers lieux, etc. Cela risque ainsi de compromettre, si ces données ne sont pas adéquatement protégées, notre droit à la vie privée et nos libertés individuelles. 

Saviez-vous qu’il n’est pas légal de recueillir des données en y associant une identité citoyenne spécifique? Ce passeport vaccinal constitue une véritable boîte de Pandore. En utilisant une technologie de traçabilité telle que le passeport vaccinal, nous créerons un précédent important permettant que notre identité citoyenne soit associée à nos données comportementales et, dans un deuxième temps, à nos habitudes de consommation. Voulons-nous vraiment créer ce précédent collectif sans y réfléchir et en discuter ouvertement? 

Selon plusieurs experts, un jour viendra où nos données accumulées (big data), alliées à des technologies telles que l’intelligence artificielle et des algorithmes de prédiction, permettront de prédire nos comportements, voire même nos intentions. 

Le passeport vaccinal permettra-t-il aux gouvernements et aux entreprises privées d’utiliser nos données personnelles sensibles sans notre consentement pour encore mieux analyser nos comportements et prédire nos actions ? Cela permettrait-il à ceux qui utilisent ces technologies d’influencer notre consommation ou même l’opinion publique? 

Ces technologies doivent être employées prudemment et utilisées à bon escient dans des contextes bien précis et clairement balisés. Aussi, elles doivent être encadrées par un robuste code d’éthique, pour éviter une dérive technologique dont nous ferions collectivement les frais. 

Étant un expert du marketing numérique, je peux constater que nos données représentent une valeur inestimable pour tous ceux qui veulent nous influencer. Nous avons bien vu cette année les différentes fuites massives de données personnelles. Avons-nous l’assurance que nos données ne seront pas mieux protégées dans le cas du passeport vaccinal? 

Prenons par exemple les produits d’assurances vie, maladies graves ou d’invalidité. Ces polices pourraient être liées à vos montres intelligentes en plus d’analyser votre mode de vie et vos habitudes de consommation. Ainsi, les compagnies pourraient nous exiger des primes supplémentaires en cas de comportements ou activités jugés à risque pour la vie ou la maladie par l’assureur chaque mois. 

Ce genre de système se déploie déjà dans nos polices d’assurance voiture avec des primes réduites en contrepartie de notre bonne conduite citoyenne au volant. Le passeport vaccinal proposé pourrait accélérer cette tendance. Voulons-nous que nos moindres gestes soient analysés ou épiés? Le passeport vaccinal ouvre le chemin à ces possibilités. 

Notre droit à la vie privée ainsi que plusieurs autres droits fondamentaux sont défiés actuellement puisqu’aucun débat n’a eu lieu. Tant que les meilleurs penseurs, technologues, partis d’oppositions, futuristes, citoyens et experts en analyse de risque n’auront pas été consultés, et qu’ils n’auront pu débattre et s’exprimer librement sans censure, le passeport vaccinal ne devrait pas être implanté. 

Voulons-nous vivre dans une société qui emploie une technologie qui nous trace, qui nous analyse et qui anticipe nos comportements en temps réel ? Dire oui au passeport vaccinal c’est d’offrir nos données personnelles au plus offrant ! Combien valons-nous ?

 

 

À propos de ce blogue

La réaction de Les Affaires réserve cet espace aux lecteurs qui voudraient réagir aux textes d’opinions et d’analyse publiés sur son site internet par ses chroniqueurs et ses experts invités. Seuls les textes respectueux et clairement argumentées seront considérés. Les propos tenus dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Les personnes souhaitant publier une lettre d’opinion dans la rubrique Forum sont invitées à soumettre leur texte à redactionlesaffaires@groupecontex.ca