Transport collectif dans le grand Montréal: des options inacceptables pour les usagers

Publié le 03/06/2021 à 14:42

Transport collectif dans le grand Montréal: des options inacceptables pour les usagers

Publié le 03/06/2021 à 14:42

(Photo: Steven Wright pour Unsplash)

COURRIER DES LECTEURS. Depuis le début de la crise sanitaire, Trajectoire demande aux transporteurs de revenir le plus rapidement possible au niveau de service qui prévalait avant la pandémie et de maintenir les efforts d’améliorations de service. 

Ces demandes visent à offrir une capacité maximale, à diminuer la densité de voyageurs à l’intérieur de chacun des véhicules et ainsi contribuer à un plus grand sentiment de sécurité des usagers et à une meilleure perception des citoyens envers le transport collectif. 

Or, nous apprenons que l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) prévoit diminuer les services et augmenter les tarifs au cours des trois prochaines années. Cette proposition est inacceptable, particulièrement au moment où l’on doit tout faire pour favoriser un retour rapide de l’achalandage dans les services de transport collectif. 

Ce n’est pas en augmentant les tarifs et en coupant dans le service que nous réussirons à convaincre les usagers de délaisser leur voiture! D’ailleurs, les usagers demandent depuis toujours une meilleure fréquence des services et refuseront systématiquement toute augmentation de tarif jumelée à une à diminution des services. De plus, ces deux mesures combinées risquent fort de nuire aux efforts déployés pour assurer une relance verte et inclusive. 

Considérant le mandat de promotion du transport collectif qui incombe à l’ARTM, il est étonnant de voir que vous n’avez pas pris en compte les impacts des réductions de service et de hausse de tarif sur l’attractivité du transport collectif. D’ailleurs, il serait opportun que l’ARTM soit un défenseur des services de transport collectif, au côté des sociétés de transport et autres partenaires, lorsque ceux-ci sont menacés. 

Trajectoire Québec demande à l’ARTM de revoir sa position afin que les budgets 2022, 2023 et 2024 prévoient une offre de service équivalente de chacun des modes à celle qui était prévue avant la pandémie, et ce, sans imposer aux usagers une hausse de tarifs supérieure à l’inflation. Il est essentiel d’éviter de tomber dans le cercle vicieux des réductions de service et de la décroissance de l’attrait du transport collectif. La qualité et la fiabilité du service ainsi que le retour de l’achalandage à la fin de la crise sanitaire en dépendent. 

Le maintien de l’enveloppe budgétaire de l’offre de service au cours des trois prochaines années est essentiel afin de permettre à l’ARTM et aux sociétés de transport de mieux s’adapter à la nouvelle mobilité post-pandémie et accélérer le retour des usagers pour atteindre le plus rapidement possible les niveaux records de l’achalandage du transport collectif de 2019. 

 

Un texte de François Pepin, président de conseil pour Trajectoire Québec, et de Sarah V. Doyon, directrice générale pour Trajectoire Québec

 

 

À propos de ce blogue

La réaction de Les Affaires réserve cet espace aux lecteurs qui voudraient réagir aux textes d’opinions et d’analyse publiés sur son site internet par ses chroniqueurs et ses experts invités. Seuls les textes respectueux et clairement argumentées seront considérés. Les propos tenus dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Les personnes souhaitant publier une lettre d’opinion dans la rubrique Forum sont invitées à soumettre leur texte à redactionlesaffaires@groupecontex.ca

Sur le même sujet

Entrepreneuriat: Montréal a encore du chemin à faire

10/06/2021 | Emmanuel Martinez

Montréal se classe au 35e rang pour sa vitalité entrepreneuriale, tandis que Toronto est 17e parmi 200 grandes villes.

Mythe ou réalité: les Montréalais achètent davantage de propriétés en régions qu'avant

02/06/2021 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. La proportion d'acheteurs en région provenant de Montréal a atteint 25% depuis la pandémie.