Pilote et entrepreneur, même combat

Publié le 31/01/2018 à 13:57

Pilote et entrepreneur, même combat

Publié le 31/01/2018 à 13:57

(Getty)

Comme vous le savez tous, je suis pilote de Nascar en plus d'être un investisseur immobilier très actif. Lorsque je me suis lancé comme entrepreneur, je n’aurais jamais imaginé à quel point les deux mondes se ressemblaient.


En premier lieu, il faut avoir des nerfs d’acier.


Dans les deux cas, plusieurs sont de la partie, et certains veulent même vous sortir de la compétition. Il suffit de penser aux dépassements serrés dans les courbes lors des courses...


Parfois, j’avais l’impression que certains voulaient m’envoyer droit dans le muret!


Deuxièmement, il faut croire en ses moyens.


Sans foncer la tête baissée dans tous les projets, les meilleurs doivent oser entreprendre. Si l’on se perd dans toutes les facettes que comporte un projet d’investissement, on peut facilement penser qu’il y a trop à faire et que c’est hors de notre portée... mais c’est faux!


Un coup les deux pieds dans le projet, ou dans la course, on se rend compte que tout le monde est un être humain comme nous, avec ses forces, faiblesses et ses vulnérabilités.



Troisièmement, et le plus important: il faut être extrêmement passionné (et se permettre de rêver)!


Les meilleurs adorent ce qu’ils font, ils cherchent toujours à mieux le comprendre et à trouver des nouvelles façons inventives pour mettre de l’avant de nouvelles idées et être toujours plus performant que la compétition. Mais il faut faire attention aux comparaisons!


Je suis 100% convaincu que les plus grandes batailles, il faut livrer avec soit même. Toujours se mettre au défi, comprendre pourquoi on performe à un certain endroit, mais moins dans un autre.


En Nascar, j’étudiais tout: les courbes et leur inclinaison, les compétiteurs, leur voiture, l’énergie des spectateurs, etc.


Dans les deux cas, jamais un passionné ne soupirera lorsqu’il est à l’œuvre. Imaginez-vous un pilote en train de soupirer pendant une course ou Sydney Crosby qui baille sur la glace? Non, c’est tout simplement impossible.


C'est ainsi que je constate ces indéniables similitudes.


Dans l’entrepreneuriat comme dans les sports professionnels, l’adrénaline est toujours au rendez-vous et est selon moi le plus grand catalyseur de performance.


Croyez-moi, mes plus fortes émotions n’ont même pas eu lieu durant mes courses!


 


Un texte signé Ray Junior Courtemanche.

À propos de ce blogue

La réaction de Les Affaires réserve cet espace aux lecteurs qui voudraient réagir aux textes d’opinions et d’analyse publiés sur son site internet par ses chroniqueurs et ses experts invités. Seuls les textes respectueux et clairement argumentées seront considérés.

Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

À la une: quand la finance investit dans la finance

Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là! En manchette, quand la finance investit dans la finance.

Des entreprises «zombies» nuisent à la productivité du Canada

Deloitte s'inquiète du nombre de société de plus de 10 ans dont les bénéfices ne permettent pas de payer leur dette.

OPINION À la une: le nouveau Cirque au travail
Édition du 08 Septembre 2018 | Les Affaires
À la une: Avril, une stratégie qui porte fruit
Édition du 08 Septembre 2018 | Les Affaires
La ­Fondation Montréal inc. aidera les jeunes entrepreneurs de ­Longueuil
Édition du 08 Septembre 2018 | Marie-Pier Frappier