La Semaine du personnel de soutien administratif est encore nécessaire

Publié le 14/04/2022 à 10:49

La Semaine du personnel de soutien administratif est encore nécessaire

Publié le 14/04/2022 à 10:49

En 1952, il y a 70 ans, les Américains ont célébré la première fête des secrétaires afin de tenter d’attirer plus de candidats potentiels dans ce milieu grandement demandé à l’époque. (Photo: 123RF)

Un texte de Catherine Paquet, responsable des communications à l'Association du personnel de soutien administratif du Québec

COURRIER DES LECTEURS. Du 24 au 30 avril se tiendra la Semaine du personnel de soutien administratif. Cette fête, qui a vu le jour au début des années 1950 aux États-Unis, est célébrée un peu partout à travers le monde, parfois uniquement l’instant d’une journée, tantôt sur une semaine complète, comme c’est le cas ici au Québec. Mais pourquoi le personnel de soutien administratif a-t-il droit à son moment de gloire? Est-ce toujours pertinent que de souligner leur contribution dans le cadre d’une célébration mondiale?

 

Une tradition

En 1952, il y a 70 ans, les Américains ont célébré la première fête des secrétaires afin de tenter d’attirer plus de candidats potentiels dans ce milieu grandement demandé à l’époque. L’objectif était aussi de souligner la contribution des secrétaires au succès économique des organisations par le soutien qu’ils ou elles apportaient à leur équipe de travail. D’autres pays se sont joints aux festivités graduellement quelques années plus tard, dont la France, en 1991. La tradition a d’abord été instaurée sous le nom de Fête des secrétaires et assistants. Désormais, dans l’ensemble des pays impliqués, on parle plutôt de la Journée/semaine internationale des professionnels de l’administration ou encore du personnel de soutien administratif.

 

Remise en question

Au fil des années, plusieurs personnes ont remis en question la pertinence de souligner spécifiquement le travail du personnel de soutien administratif, notamment en mentionnant que toutes les autres professions avaient leur importance à juste titre. Il faut toutefois noter que les professionnels de l’administration ne sont pas les seuls à bénéficier d’une semaine de célébrations. On peut penser entre autres à la Semaine des enseignantes et des enseignants, des travailleuses sociales et des travailleurs sociaux, de la garde scolaire et bien d’autres. Ce type de reconnaissance est donc courant sur le marché du travail.

D’autres prétendent que le rôle du personnel de soutien administratif a beaucoup évolué et ne correspond plus à l’emploi qui était célébré au moment de la mise en place de cette tradition. Il est vrai que la profession s’est beaucoup transformée à travers les années, encore plus depuis l’avènement des technologies qui facilitent notre quotidien, tel que l’ordinateur. Or, son évolution l’a rendue encore plus indispensable aux organisations; beaucoup de professionnels de l’administration représentent maintenant des joueurs clés dans leur équipe, allant même jusqu’à contribuer à la planification stratégique de l’organisation. Leur mandat est beaucoup plus diversifié et leur travail est névralgique au bon fonctionnement des entreprises. Il faut donc admettre que leur contribution significative est toujours d’actualité, voire encore plus qu’auparavant.

D’autres aspects n’ont toutefois pas changé. En effet, comme c’était le cas au début des années 1950, le milieu du soutien administratif est en grande pénurie. La main-d’œuvre quitte leur entreprise pour la retraite et la relève ne suffit pas à répondre à la demande du marché; les programmes d’études permettant d’acquérir les compétences pour œuvrer dans le domaine voient leurs bancs d’école se vider graduellement. Il est vrai que la publicité positive qu’apporte la Semaine du personnel de soutien administratif n’est pas suffisante pour remédier au problème. Néanmoins, elle permet tout de même de mettre en lumière la profession et de valoriser tout le potentiel qu’elle peut apporter.

 

Une évolution est nécessaire

Si la célébration demeure pertinente, la façon de souligner la contribution du personnel de soutien administratif doit quant à elle évoluer. Plusieurs entreprises ont l’habitude d’offrir des fleurs en guise de reconnaissance. Bien que cette attention soit appréciée, elle est éphémère et ne permet pas réellement aux professionnels de l’administration de s’épanouir davantage dans leur carrière. Ainsi, de plus en plus d’organisations offrent plutôt des participations à des formations ou encore des adhésions à des associations spécialisées à leurs équipes administratives, comme l’Association du personnel de soutien administratif du Québec, mieux connu sous l’acronyme de l’APSAQ. 

L’APSAQ a pour objectif d’encourager la formation continue en offrant à ses membres de nombreuses opportunités de développement portant sur différents sujets pertinents à la profession, notamment par l’entremise de formations virtuelles, d’un magazine mensuel spécialement conçu pour le milieu du soutien administratif et d’un congrès annuel incluant des conférences percutantes, des ateliers interactifs et des moments de réseautage festifs.

Il s’agit là d’une belle façon d’encourager le développement professionnel tout en reconnaissant le plein potentiel de façon concrète. Les fleurs… c’est un beau plus.

 

À propos de ce blogue

La rédaction de Les Affaires réserve cet espace aux lecteurs qui voudraient réagir aux textes d’opinions et d’analyse publiés sur son site internet par ses chroniqueurs et ses experts invités. Seuls les textes respectueux et clairement argumentées seront considérés. Les propos tenus dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Les personnes souhaitant publier une lettre d’opinion dans la rubrique Forum sont invitées à soumettre leur texte à redactionlesaffaires@groupecontex.ca

Sur le même sujet

Automobile: choisir une assurance basée sur l'utilisation

De plus en plus d'assureurs propose cette option pour aider les conducteurs à réduire leurs dépenses.

Deux mois de pertes d'emplois signalent un changement dans l'économie canadienne

Le marché du travail canadien demeure exceptionnellement tendu, avec plus d’un million de postes vacants.