L'immobilier locatif pour encourager la relance du centre-ville

Publié le 01/06/2021 à 16:47

L'immobilier locatif pour encourager la relance du centre-ville

Publié le 01/06/2021 à 16:47

Marco Fontaine

Marco Fontaine, VP pour le développement immobilier, résidentiel et marketing pour Devimco Immobilier (Photo: courtoisie)

COURRIER DES LECTEURS. La pandémie et l’implantation du télétravail dans plusieurs secteurs économiques ont eu des effets évidents sur l’immobilier au Québec, notamment en créant un réel engouement pour les banlieues. 

L’arrivée du printemps et les mesures d’aides économiques gouvernementales mises en place nous permettent d’entrevoir avec optimisme la relance économique du centre-ville de Montréal. Après des mois de confinement et de couvre-feu, l’espoir des beaux jours est plus vivant que jamais dans la ville. 

Avec les changements des derniers mois, il est maintenant possible d’imaginer une nouvelle réalité qui viendra modifier le milieu de l’habitation de la métropole et qui positionnera le locatif comme une option à évaluer pour ceux et celles qui désirent profiter d’un mode de vie qui unit le calme de la banlieue aux plaisirs de la ville.

 

Nouvelle qualité de vie et pied-à-terre 

Les travailleuses et les travailleurs qui reviendront à Montréal voudront majoritairement conserver la qualité de vie dont ils profitent depuis qu’ils se sont installés en banlieue. Ce faisant, bon nombre d’entre eux désireront concilier leur vie professionnelle, personnelle et familiale en optant pour un pied-à-terre sur l’île, ne serait-ce que pour faciliter les rencontres au centre-ville. 

Des projets immobiliers locatifs arrivent à temps pour la relance. Ils représentent une option de choix pour les travailleurs locaux et étrangers qui regagneront les bureaux (à temps plein ou en mode hybride), les étudiants qui devraient être de retour sur les campus en septembre et la population à la recherche d’appartements neufs et modernes, avec toutes les commodités dont on peut rêver, dans un environnement paisible au cœur de la vie urbaine. Ces projets locatifs sont entourés de tous les éléments nécessaires comme des restaurants, des centres d’arts et des parcs. 

Ils représentent un endroit où il fait bon. Nous sentons la tendance de fond en ce moment. Les gens qui nous contactent pour de la location veulent revenir à Montréal, notamment pour la reprise des activités au centre-ville ou pour les études de leurs enfants, sans avoir à renoncer aux atouts de la campagne. 

Ils cherchent à trouver le meilleur des deux mondes, et nous croyons que la location d’unités de type tout-inclus fait partie des options à privilégier pour plusieurs d’entre eux.

 

Repenser notre façon de vivre

Certains projets repensent notre façon de consommer, de se déplacer, de travailler et de se divertir. Ils symbolisent l’endroit idéal où trouver un peu de calme dans le centre-ville, qui s’apprête à vibrer de nouveau. 

Le ralentissement économique créé par la pandémie — qui laissera bientôt sa place à la relance — a donc ouvert la voie aux projets immobiliers locatifs, une solution d’habitation qui, parions-le, en séduira plus d’un.

 

Un texte de Marco Fontaine, VP pour le développement immobilier, résidentiel et marketing pour Devimco Immobilier


À propos de ce blogue

La réaction de Les Affaires réserve cet espace aux lecteurs qui voudraient réagir aux textes d’opinions et d’analyse publiés sur son site internet par ses chroniqueurs et ses experts invités. Seuls les textes respectueux et clairement argumentées seront considérés. Les propos tenus dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Les personnes souhaitant publier une lettre d’opinion dans la rubrique Forum sont invitées à soumettre leur texte à redactionlesaffaires@groupecontex.ca

Sur le même sujet

Canderel fait une offre pour acquérir Cominar pour 5,7G$

Il s'agirait d'une transaction majeure dans le secteur de l’immobilier commercial au Québec.

Evergrande: retour en bourse, malgré des comptes dans le rouge

20/10/2021 | AFP

L'un des plus gros promoteurs de Chine traîne une ardoise estimée à près de 260G€, qui menace le reste de l'économie.