Demandez à votre candidat.e ce que son parti compte faire pour aider les organismes communautaires de Montréal

Publié le 16/09/2021 à 15:48

Demandez à votre candidat.e ce que son parti compte faire pour aider les organismes communautaires de Montréal

Publié le 16/09/2021 à 15:48

« Les organismes communautaires agissent en première ligne de tous les principaux enjeux à Montréal et au pays, que ces enjeux soient d’ordre sociétal, environnemental ou économique. » (Photo: Nathalia Segato pour Unsplash)

 

Texte de Melissa Bellerose, vice-présidente, Communications marketing à la Mission Old Brewery et Bruce MacDonald, président-directeur général d’Imagine Canada.

COURRIER DES LECTEURS. À Montréal, comme partout ailleurs au Canada, ces élections fédérales ne ressemblent à aucune autre.

Pour vous donner une idée, voici un échantillon des enjeux importants qui préoccupent l’électorat : prendre le dessus du variant delta, préparer une relance économique équitable, lutter contre les changements climatiques, réussir une véritable réconciliation avec les peuples autochtones, combattre le racisme et les inégalités systémiques, réduire la pauvreté et améliorer les soins offerts aux aînés et aux enfants.

Les temps difficiles et les questions fondamentales représentent cependant aussi une opportunité. Plus que jamais, les électeurs et les électrices ont le pouvoir d’influencer les partis fédéraux pour qu’ils proposent des solutions novatrices et inclusives à ces défis inédits.

Choisir le parti que vous jugez le plus apte à réaliser votre vision de la vie après la pandémie n’est cependant pas une mince tâche. Pour aider les électeurs et les électrices à faire un choix judicieux, une voie s’impose. Cette voie passe par la valorisation du vaste potentiel dormant des quelque 170 000 organismes de bienfaisance et organismes à but non lucratif (OBNL) pour engendrer de réels changements. Les organismes communautaires agissent en première ligne de tous les principaux enjeux à Montréal et au pays, que ces enjeux soient d’ordre sociétal, environnemental ou économique.

La Mission Old Brewery à Montréal, un organisme qui vient en aide aux hommes et femmes sans-abri de la ville et leur offre repas, refuge et logement pour répondre à leurs besoins immédiats, illustre l’importance de la valeur créée par son travail. L’équipe de la Mission a réagi rapidement lorsque les mesures de distanciation ont réduit ses capacités d’accueil. En collaboration avec ses partenaires, elle a transformé des arénas et des hôtels en refuges d’urgence pour ainsi gérer un total de 79 905 hébergements de nuit.

À l’échelle du pays, la réponse des organismes à la COVID‑19 témoigne une fois de plus de la résilience du secteur et de son énorme capacité à soulager la détresse. Tandis que de nombreuses entreprises ont dû suspendre leurs activités, des dizaines de milliers d’organismes à but non lucratif ont travaillé au-delà de leurs capacités pour répondre à des besoins d’une ampleur souvent jamais vue. Près de deux tiers (60 %) des organismes disent par ailleurs s’attendre à une croissance continue de la demande pour les services requis en temps de pandémie.

Le secteur des organismes de bienfaisance et des OBNL est un moteur de l’action sociale, environnementale et économique. Ce rôle doit être reconnu par les partis fédéraux si notre objectif est d’aider les individus et les collectivités à passer à travers cette période difficile et à s’épanouir.

Notre secteur emploie 2,4 millions de personnes dans tout le pays, compte sur l’engagement de 13 millions de bénévoles et compte pour 8,5 % du PIB. Les organismes de bienfaisance et OBNL travaillent d’arrache-pied pour pallier le manque de soutien en santé mentale, de soins de santé inadéquats et le chômage chez les jeunes. Ils détiennent aussi l’expertise de ce qu’il faudra faire pour éradiquer la pauvreté, fournir un logement abordable pour tout le monde et offrir des services de garde d’enfants abordables et de qualité.

Malgré ce potentiel énorme, les partis politiques en quête de notre vote se sont, jusqu’à maintenant, peu prononcés sur la façon dont ils comptent renforcer nos collectivités par le renforcement du secteur caritatif.

Ceci dit, le Parti conservateur a avancé quelques idées pertinentes pour les organismes de bienfaisance et les OBNL, et les Libéraux ont promis d’inclure les organismes caritatifs et les OBNL dans certains programmes. Pour leur part, le NPD et le Bloc Québécois ne font aucune mention du secteur dans leur plateforme officielle. Le Parti vert n’a pour sa part pas encore dévoilé sa plateforme complète.

C’est quasi impardonnable que depuis des décennies, les gouvernements fédéraux négligent d’accorder l’importance qu’il se doit au potentiel de notre secteur à contribuer au développement de collectivités vivantes. Il est grand temps de mettre fin à ce mépris et de reconnaître le potentiel de notre secteur de créer de la valeur.

Nous demandons aux électeurs et aux électrices d’aider notre secteur à occuper une place sur le radar politique en cette campagne électorale pour que nous puissions continuer à relever les défis sociaux, économiques, environnementaux et de santé auxquels nous sommes confronté.e.s.

Demandez à votre candidat ou votre candidate ce qu’il/elle pense de l’appui aux organismes de bienfaisance et OBNL. Dites-lui que votre vote dépendra aussi de l’engagement de son parti envers les organismes à but non lucratif.

Ensemble, nous sommes en mesure d’envoyer un message fort en faveur d’un changement important.

À propos de ce blogue

La réaction de Les Affaires réserve cet espace aux lecteurs qui voudraient réagir aux textes d’opinions et d’analyse publiés sur son site internet par ses chroniqueurs et ses experts invités. Seuls les textes respectueux et clairement argumentées seront considérés. Les propos tenus dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Les personnes souhaitant publier une lettre d’opinion dans la rubrique Forum sont invitées à soumettre leur texte à redactionlesaffaires@groupecontex.ca