Consommation: une journée emballante

Publié le 15/03/2021 à 07:15

Consommation: une journée emballante

Publié le 15/03/2021 à 07:15

sac

Changer d’habitudes n’a pas toujours besoin d’être pénible! (Photo: 123RF)

Un texte de Sébastien Bois, intervenant au Service d’aide au consommateur 

COURRIER DES LECTEURS. Ce lundi 15 mars, la journée mondiale des droits des consommateurs nous emballe. Sous le thème « Lutter contre la pollution plastique », nous souhaitons convier la population à des actions simples et nous en profitons pour souligner les bons coups. 

Le plastique, matériel inventé dans les années 1870, est devenu aujourd’hui omniprésent dans nos vies. Bien que son usage soit quasi indispensable dans des domaines pointus tels que la médecine, on ne peut en dire autant pour la plupart des autres usages. En effet, environ 40% du plastique produit ne sert qu’à une seule utilisation. Seulement 18 % du plastique est recyclé au Québec et certains types sont carrément non recyclables. 

Le problème du plastique repose essentiellement sur sa surabondance et sa surproduction, à partir de pétrole. Ce n’est tout simplement pas soutenable pour notre environnement et notre santé. Notre région, comme d’autres, a reculé dans la récupération du plastique depuis la fermeture de marchés internationaux. En Mauricie, les sacs de plastique sont jetés directement au dépotoir, depuis près de deux ans. Le gouvernement provincial est plutôt frileux et inactif face à ce dossier collectif. 

Fort heureusement, de belles initiatives émergent. Des municipalités sont devenues Communautés bleues afin de diminuer les bouteilles à usage unique. D’autres, plus avant-gardistes, ont quant à elles décidé d’encadrer plus largement l’utilisation de certains plastiques à usages uniques. Des commerces font leur part en n’offrant plus de sacs ni de bouteilles en plastique et en favorisant la vente en vrac. Des pays entiers ont déjà éliminé l’utilisation de plusieurs plastiques à usage unique. Au Canada, cette décision demeure encore dans l’ordre des promesses. 

Chez les citoyens, des gestes simples deviennent coutumes tels qu’apporter nos sacs réutilisables, nos bouteilles, nos contenants et nos ustensiles. De plus en plus de gens adoptent le fameux «3R» (Réduire notre consommation de plastique, Réutiliser et Recycler, en dernier lieu). Plusieurs mouvements citoyens et initiatives sont inspirants: les groupes Zéro déchets, le nettoyage de berges ou de ruelles, la sensibilisation et les actions de désemballage dans les commerces, la diffusion de pétitions, les représentants élus se font interpeller, etc.

Changer d’habitudes n’a pas toujours besoin d’être pénible ! Nous avons tous les outils pour qu’ensemble, avec plaisir et créativité, nous puissions sortir la tête de notre mer de plastique à usage unique et contempler un habitat plus viable. Bonne journée de réflexions et d’actions emballantes !

 

À propos de ce blogue

La réaction de Les Affaires réserve cet espace aux lecteurs qui voudraient réagir aux textes d’opinions et d’analyse publiés sur son site internet par ses chroniqueurs et ses experts invités. Seuls les textes respectueux et clairement argumentées seront considérés. Les propos tenus dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Les personnes souhaitant publier une lettre d’opinion dans la rubrique Forum sont invitées à soumettre leur texte à redactionlesaffaires@groupecontex.ca

Sur le même sujet

BAPE sur les déchets: la technologie, une partie de la solution

COURRIER DES LECTEURS. Un texte de Dominique Boies, chef de la direction et chef de la direction financière, Enerkem.

Roots la marque au castor est-elle devenue une aubaine criante?

Roots a perdu les deux tiers de sa valeur, après des ventes décevantes. Des analystes croient encore à sa relance.