Voici de quoi sera fait le bonheur post-pandémique au travail

Publié le 25/08/2021 à 12:17

Voici de quoi sera fait le bonheur post-pandémique au travail

Publié le 25/08/2021 à 12:17

(Photo: Leon pour Unsplash)

BLOGUE INVITÉ. En tant que rédactrice en chef du magazine Greater Good du centre de recherche sur le bonheur de l'université de Californie à Berkeley, Kira Newman a identifié des habitudes et des besoins inattendus qui sont à la base de ce qui nous rend heureux. Une panacée alors que nous nous dirigeons vers un monde post-pandémique.

À partir de ses expériences personnelles, des contributions qu'elle reçoit des collaborateurs du magazine et de ses discussions avec des chercheurs, Kira Newman a mis le doigt sur ce qui compte vraiment pour notre bonheur et sur les comportements sociétaux qui sont simplement perçus comme bénéfiques à notre bien-être, mais qui n'y contribuent pas vraiment.

«D'après toutes les recherches sur lesquelles j'écris, nous avons vraiment besoin des autres, dit-elle. Les liens sociaux sont à peu près la voie la plus importante vers le bien-être et le bonheur. À un moment donné de la pandémie, je pense que nous avons atteint un point où la technologie ne suffisait plus. Il nous manquait les interactions en personne, le contact physique et le fait de voir le langage corporel de chacun.»

Alors que l'interaction sociale - ou son absence - est au cœur des préoccupations de chacun depuis un an et demi, le besoin de certaines personnes de passer du temps seules est resté en grande partie en dehors de la conversation. Kira Newman a relevé le fait que les introvertis se débattaient dans des situations où ils ne pouvaient pas trouver d'espace pour être seuls, que ce soit en raison de conditions de vie exiguës dans une maison pleine ou d'une interaction constante en tête-à-tête.

«Je pense que certains d'entre nous ont besoin de solitude, indique-t-elle. C'est un grand thème de la pandémie. Pour les personnes qui vivent avec d'autres, vous n'avez pas vraiment eu autant de temps seul que nécessaire. Étant moi-même introvertie, j'en ai fait l'expérience. Je suis ici avec une personne et nous avons tous deux à peine quitté la maison pendant plusieurs mois. Nous avons besoin des autres, mais nous avons aussi besoin de solitude. C'est un état très bizarre.»

 

Apprendre à connaître ses collègues

Du point de vue du bonheur, le «modèle mixte» sur le lieu de travail, dont on parle beaucoup, pourrait être la solution pour répondre aux besoins et aux désirs des introvertis et des extravertis. Toutefois, il existe une formule magique pour y parvenir.

Si le travail à distance offre des avantages tels que des horaires flexibles qui permettent aux parents de concilier leur vie familiale et leur travail avec moins de restrictions, il doit être équilibré par la possibilité de nouer des relations en personne.

«Certaines personnes adorent le travail à distance et d'autres regrettent vraiment ces petites interactions sociales que vous auriez au bureau, illustre la rédactrice en chef. Sur mon lieu de travail, nous avons fait remarquer qu'en tant qu'équipe, nous avions envie d'une retraite en personne, car cela permet vraiment d'approfondir les relations. Il est plus facile de travailler ensemble et de coopérer à distance à la suite de ces rencontres. Vous connaissez mieux la personne et vous avez un sentiment de confiance et de bonne volonté pour donner aux gens le bénéfice du doute et de ne pas mal interpréter les choses. Il est vraiment important d'avoir au moins quelques contacts en personne avec votre équipe.»

 

Choisir le bon mode de communication

Une fois que les relations en personne ont été établies - de préférence plus tôt dans une relation de travail pour créer une base relationnelle solide - la façon dont les équipes interagissent à distance devient incroyablement importante pour le ressenti des employés sur leur expérience professionnelle. La forme de technologie utilisée pour rester en contact peut être particulièrement influente sur la façon dont ces interactions peuvent être bénéfiques ou néfastes pour notre bien-être, surtout lorsqu'elles sont utilisées aussi fréquemment qu'aujourd'hui.

«Il peut être utile de décrocher le téléphone et d'appeler quelqu'un. Quand je l'ai fait - ce qui n'a pas été très fréquent avec mes collègues - c'est toujours agréable de leur parler pendant cinq minutes, d'entendre leur voix et de résoudre quelque chose très rapidement», précise Kira Newman.

Entendre la voix d'un collègue peut-être à la fois rassurant et une solution rapide à des problèmes qui pourraient devenir trop compliqués et s'éterniser par courriel ou par texto. À l'autre bout du spectre, Zoom est devenu notre modus operandi pour imiter autant que possible l'expérience en personne sur l'écran, mais cela ajoute-t-il vraiment beaucoup à notre bonheur ?

«Une étude intéressante a été publiée l'année dernière sur les textos, les appels téléphoniques et les appels vidéo, et elle a révélé qu'il est important d'avoir la voix pour créer une connexion, mais que vous n'avez pas nécessairement besoin de la vidéo. Dans certains cas, elle peut être distrayante, en partie parce qu'elle est limitée à une petite boîte. Vous ne pouvez pas voir tout mon langage corporel. Il est également gênant de voir une image de soi sur l'écran. Lorsque vous avez la voix, même s'il ne s'agit que d'un appel téléphonique, cela aide vraiment les gens à se sentir plus proches», rapporte Kira Newman.

 

Respecter ses besoins

Écouter ce dont on a vraiment besoin - qu'il s'agisse de se connecter avec un collègue en personne pour prendre un café, de passer un bon vieux coup de téléphone ou de donner la priorité au temps seul lorsqu'il se fait rare - est primordial pour le bien-être alors que le monde évolue vers un état post-Covid.

Les modèles mixtes devenant de plus en plus la norme, la liberté de trouver le juste milieu entre la flexibilité à domicile et la création de véritables liens au sein de l'équipe pourrait être la solution pour les introvertis et les extravertis afin d'atteindre un plus grand bonheur au travail et au-delà.

 

Karl Moore et Haley Crawford. Karl est professeur agrégé dans la Faculté de gestion Desautels de l’Université McGill et Haley est récente diplômée de la Ivey Business School.

À propos de ce blogue

Chaque semaine, Karl Moore, professeur agrégé à la Faculté de gestion Desautels de l’Université McGill, s’entretient avec des dirigeants d’entreprise de calibre mondiale au sujet de leur parcours, les dernières tendances dans le monde des affaires et l’équilibre travail-famille, notamment.

Karl Moore

Sur le même sujet