Les matériaux écologiques d'Evoco

Publié le 08/06/2022 à 11:05

Les matériaux écologiques d'Evoco

Publié le 08/06/2022 à 11:05

(Photo: Basima Roshan)

BLOGUE INVITÉ. S’orienter vers un monde durable implique à bien des égards de remettre en question le statu quo. C’est précisément ce qui est au cœur de la mission d’Evoco, une entreprise de matériaux durables pour les biens de consommation, leader du changement vers des entreprises responsables. Selon son fondateur et PDG, Jason Robinson, une économie florissante peut et doit être respectueuse de l’environnement.

«J’ai passé ma carrière dans les technologies propres avec l’idée que les entreprises peuvent faire mieux pour la planète et les gens», dit Jason Robinson, fondateur et PDG d’Evoco.

Evoco est une société privée d’innovation dans les technologies propres et développe ces dernières à partir de plantes et de réduction du carbone pour des matériaux durables. FATES™, l’une des marques vedettes d’Evoco, fournit à l’industrie de la chaussure des semelles intérieures et intercalaires durables en mousse écologique. Basée à Toronto, l’entreprise s’est associée aux leaders mondiaux des chaussures de sport, notamment Kodiak, Timberland et Vans, pour créer des produits naturels certifiés USDA et Green Circle qui ne sacrifient pas la durabilité à la performance.

Jason Robinson est titulaire d’un diplôme en génie chimique de l’Université McMaster et d’une maîtrise en administration des affaires de l’Ivey Business School. Ayant trouvé très tôt un objectif clair, il a fourni des solutions durables à des entreprises de chaussures dès sa sortie de l’université, ce qui lui a permis de développer et de commercialiser rapidement les technologies d’Evoco.

Aujourd’hui, l’entreprise affirme avoir contribué à économiser 948 900 kg d’émissions de CO2, ce qui équivaut à la plantation de 95 000 arbres.

«Le fait que nous ne comprenions tout simplement pas l’impact des matériaux sur l’environnement et le changement climatique est un problème important et répandu», selon Jason Robinson.

Le rapport de 2020 de Fashion on climate de McKinsey & Compagnie, en partenariat avec le Global Fashion Agenda (GFA), révèle que l’industrie mondiale de la mode, y compris la chaussure, est responsable de 2,1 milliards de tonnes métriques d’émissions de gaz à effet de serre en 2018, soit environ 4 % du total mondial. Plus de 70% de ces émissions proviennent de la production en amont, en particulier de la production, de la préparation et de la transformation des matières premières à forte intensité énergétique.

«Nous conduisons plus de voitures, nous portons plus de chaussures, plus de vêtements, et nous achetons plus de lits», indique Jason Robinson. «Cela a un impact non seulement du point de vue du carbone, mais aussi de la pollution et des déchets.»

«Certains des matériaux que vous trouvez dans les meubles ou les matelas ne peuvent être recyclés et sont souvent jetés dans les décharges», poursuit-il. «Nous créons des matériaux [organiques] qui peuvent être biodégradés dans des environnements de compostage industriel. C’est le concept de circularité des ressources.»

Pour lui, la croissance de l’entreprise implique l’expansion d’«une mentalité d’entreprise et une innovation vers de plus grands objectifs.»

En octobre 2021, Evoco a recueilli 5 millions de dollars canadiens auprès de Forage Capital Partners pour stimuler la croissance de l’entreprise, y compris le développement de nouvelles innovations à base de plantes dans le but d’apporter des solutions durables à des biens de consommation supplémentaires et aux marchés industriels.

«Nous avons de nouvelles technologies qui peuvent remplacer le faux cuir par un matériau de l’ordre de 85 à 95% à base de plantes, et nous pouvons les appliquer à tous les domaines, des adhésifs à la literie, voire même à l’automobile», dit Jason Robinson.

L’entreprise est déterminée à étendre ses innovations technologiques brevetées à d’autres chaînes d’approvisionnement industrielles pour provoquer un changement durable. Son ambitieuse mission est de remplacer la pétrochimie dans tout ce que nous portons, sur les sols où nous marchons, les endroits où nous nous asseyons et dans nos véhicules, pour finalement «fermer pour de bon la boucle des biens non durables».

«Nous devons prendre la responsabilité de faire un changement», ajoute Jason Robinson. «À mesure que de plus en plus de matériaux deviennent écologiques, les consommateurs commenceront à comprendre que même quelque chose d’aussi simple que l’achat de chaussures peut avoir un impact considérable sur l’environnement.»

 

Karl Moore et Stéphanie Ricci. Karl est professeur agrégé à la Faculté de gestion Desautels de l’Université McGill. Stéphanie est étudiante en journalisme à l’Université Concordia

 

À propos de ce blogue

Chaque semaine, Karl Moore, professeur agrégé à la Faculté de gestion Desautels de l’Université McGill, s’entretient avec des dirigeants d’entreprise de calibre mondiale au sujet de leur parcours, les dernières tendances dans le monde des affaires et l’équilibre travail-famille, notamment.

Karl Moore
Sujets liés

Travail , Famille

Sur le même sujet

Les fonds de pension vont de l’avant avec l’investissement durable, malgré la politisation

22/07/2022 | Morningstar

Les détenteurs d’actifs considèrent le facteur ESG comme «un élément de base des placements plutôt que comme un créneau»

CAE prévoit de futurs avions de formation électriques

Mis à jour le 19/07/2022 | La Presse Canadienne

L'entreprise souhaite convertir les deux tiers de sa flotte de 200 avions d'entraînement Piper.