L'importance d'un système d'éducation fort pour une société en santé

Publié le 05/07/2021 à 15:10

L'importance d'un système d'éducation fort pour une société en santé

Publié le 05/07/2021 à 15:10

Xi Jinping

Si l’Occident ne fait rien pour améliorer son État, alors la Chine de Xi Jinping tirera son épingle du jeu.(Photo: Getty Images)

BLOGUE INVITÉ. Rédacteur de la section politique du journal The Economist et chroniqueur à la manière de Bagehot sur la politique britannique, Adrian Wooldridge possède l’un des regards les plus perspicaces sur l’état actuel de la politique et de l’économie. Sa fascination pour l’histoire lui a permis de développer une profonde compréhension des schémas idéologiques du passé afin de déterminer la direction que prennent aujourd’hui les superpuissances politiques du monde.

Auteur de onze livres, et lecteur assidu, M. Woolridge possède une compréhension inégalée des mouvements gouvernementaux interculturels. Son livre, « The Wake-Up Call : Why the Pandemic Has Exposed the Weakness of the West - and how to Fix it, » co-écrit avec John Micklethwait au début de la pandémie de COVID-19, n’est qu’un exemple de la capacité de M. Wooldridge à analyser et à réagir rapidement aux affaires courantes grâce à la myriade de connaissances culturelles et historiques qu’il possède.

« La qualité du gouvernement compte vraiment, et dans ce test mondial que la COVID-19 nous a fourni, l’Occident n’a pas particulièrement bien réussi, dit M. Wooldridge. Si vous comparez la performance de la Chine à celle des États-Unis, c’est un signal d’alarme, car cela indique que la Chine est beaucoup plus puissante et beaucoup mieux organisée que nous le pensions, et que l’Amérique est beaucoup moins organisée et plus chaotique que nous le pensions. »

M. Wooldridge souligne combien il est essentiel que les pays occidentaux tirent des enseignements non seulement de l’histoire, mais aussi de la manière dont les autres nations prospères fonctionnent actuellement. Il explique que la Chine a connu un grand succès non seulement en termes d’économie, mais aussi en ce qui concerne la qualité de son gouvernement.

« Je suis convaincu qu’il s’agit là d’un tournant potentiel. Si l’Occident ne fait pas quelque chose de très sérieux sur la qualité de son État, alors la Chine tirera davantage son épingle du jeu, dit-il. Si vous regardez la façon dont Singapour s’est transformée depuis les années 1960, et si vous imaginez la Chine comme le nouveau Singapour, à l’échelle d’un pays gigantesque, nous sommes face à un avenir très différent. »

M. Wooldridge est particulièrement préoccupé par l’importance d’encourager les jeunes à choisir la voie de la politique comme solution à la faiblesse des systèmes gouvernementaux. Bien qu’une partie beaucoup plus importante de la jeune population d’aujourd’hui soit attirée par des emplois dans le secteur privé, il souligne combien il est essentiel de créer une plus forte attraction vers le secteur public.

En outre, si la qualité du gouvernement se dégrade, moins de candidats compétents y seront attirés, renforçant le déclin des systèmes gouvernementaux. De là, des systèmes de gestion dysfonctionnels et de faibles niveaux d’innovation pourraient apparaître, réduisant encore davantage le désir des gens de travailler dans le service public.

« Je viens de lire une nouvelle biographie sur John F. Kennedy, et l’un de ses éléments les plus frappants était l’animation de cette famille et de cette génération pour le service public, dit M. Wooldridge. C’est rendre service à son pays. C’était la plus grande vocation de toutes, et cela fait longtemps que ce n’est plus le cas. Nous devons retrouver ce sentiment que servir son pays par le biais du gouvernement est une noble vocation. »

En renforçant les institutions gouvernementales, les pays obtiendront également des résultats positifs en ce qui concerne la gestion des systèmes scolaires. En cas de manque d’innovation au sein du gouvernement, ce même comportement léthargique peut se manifester dans la manière dont la nation est éduquée, ce qui rend encore plus difficile de rattraper les pays qui se développent à la vitesse de l’éclair.

« La politique de l’éducation est un exemple classique d’échec d’exécution de la politique, souligne M. Wooldridge. Nous pensions que dans un monde post-industriel, l’exode vers la Chine de la production manufacturière aurait peu d’importance, car nous pourrions créer ici des emplois à plus forte valeur ajoutée tant que nous avions un meilleur système d’éducation. Or, nous n’avons pas constaté d’amélioration de la productivité ou de l’efficacité de l’enseignement scolaire de base. Nous avons vu l’enseignement professionnel stagner ou être ignoré, et nos résultats sont particulièrement médiocres lorsqu’il s’agit de recycler les personnes dont les emplois ont disparu pour de nouveaux emplois. C’est un cas classique d’échec de l’État. »

M. Wooldridge remarque également à quel point l’éducation et la mobilité sociale sont profondément imbriquées. Dans son dernier livre, « The Aristocracy of Talent : How Meritocracy Made the Modern World, » sorti en juin 2021, l’auteur et journaliste explore le retour à un système de classes plus inerte que celui connu en Occident il y a cinquante ans.

« Après la Seconde Guerre mondiale, nous avons connu une période où la mobilité sociale de classe était très importante, dit M. Wooldridge. Les personnes nées dans les classes ouvrières s’élevaient dans la hiérarchie sociale et obtenaient de meilleurs emplois que leurs pères. Ce qui s’est passé plus récemment, c’est que nous avons assisté à une calcification sociale, avec des niveaux de mobilité sociale beaucoup plus faibles. La classe sociale est devenue un déterminant beaucoup plus important qu’auparavant de l’endroit où l’on se retrouve dans la vie. C’est particulièrement vrai aux États-Unis et en Grande-Bretagne, où les niveaux de mobilité sociale sont très faibles. »

En formant correctement les étudiants et en recyclant les professionnels par la mise en place de politiques tournées vers l’avenir, les pays pourront relancer la mobilité sociale et permettre à un plus grand nombre d’esprits fertiles de développer les compétences nécessaires à des carrières dans tous les domaines, y compris dans le secteur public. De plus, en mettant en avant l’éducation et l’administration comme des vocations dignes d’intérêt et en rémunérant en conséquence les professionnels qui les exercent, nous verrons des organisations plus fortes et plus solidaires et des cycles institutionnels renforcés. Le développement de systèmes éducatifs de haut niveau qui en résultera uniformisera les règles du jeu et donnera une nouvelle définition de ce que signifie réellement l’existence dans une méritocratie moderne.

 

Karl Moore et Haley Crawford. Karl est professeur agrégé dans la Faculté de gestion Desautels de l’Université McGill et Haley est récente diplômée de la Ivey Business School.

 

 

À propos de ce blogue

Chaque semaine, Karl Moore, professeur agrégé à la Faculté de gestion Desautels de l’Université McGill, s’entretient avec des dirigeants d’entreprise de calibre mondiale au sujet de leur parcours, les dernières tendances dans le monde des affaires et l’équilibre travail-famille, notamment.

Karl Moore

Sur le même sujet