Faites du sport pour être performant au boulot, dit Bijan Bolouri

Publié le 18/02/2020 à 10:24

Faites du sport pour être performant au boulot, dit Bijan Bolouri

Publié le 18/02/2020 à 10:24

Des gens font du vélo stationnaire.

Bijan souhaite que ses clients connectent avec le moment présent tout en se mettant en forme. (Photo: courtoisie)

BLOGUE INVITÉ. La musique résonne à travers une pièce faiblement éclairée et de jeunes hommes et femmes applaudissent avec enthousiasme. Cette scène n’est pas tirée d’une boîte de nuit un vendredi soir, mais bien de l’un des cours de cardiovélo de b.cycle tôt un matin de semaine. Fondé en 2014 par Bijan et Chahram Bolouri, un fils et un père, et leur amie proche, Tina Leber, b.cycle veut rendre le sport amusant pour tous ceux qui sont prêts à les suivre.

C’est une expérience personnelle avec la mise en forme qui a motivé Bijan, le co-fondateur et le PDG de l’entreprise, de lancer b.cycle. Alors qu’il travaillait encore comme ingénieur, un ami d’enfance lui a proposé de courir un marathon. À l’époque, Bijan n’était pas particulièrement enthousiaste à l’idée de faire du sport à un niveau si intense, mais il était trop compétitif pour refuser un tel défi. Après s’être entraîné pour son premier marathon, il est devenu coureur et a éventuellement participé à des triathlons et à des Ironman. Il a découvert que le fait de s’entraîner si souvent améliorait considérablement son niveau d’énergie, ainsi que sa productivité et son attitude au travail.

« C’est devenu ma passion de montrer aux gens que si vous atteignez un certain niveau de forme physique, vous pouvez réellement vous amuser et cela peut avoir un impact profond sur votre vie », dit Bijan.

Lorsque Bijan et son père ont envisagé pour la première fois d’ouvrir un studio de cardiovélo, l’activité était encore relativement inédite au Canada. Au départ, ils pensaient ouvrir une franchise d’un fournisseur américain populaire avec des studios à travers les États-Unis, mais ils sentaient qu’ils auraient plus de succès s’ils pouvaient contrôler eux-mêmes la vision de l’entreprise.

« Notre produit vend une expérience qui est extrêmement dépendante de l’énergie humaine de notre personnel, du moment où le client entre dans le studio au moment où il le quitte, explique Bijan. Le produit, c’est le personnel et son succès est lié aux émotions que les gens ressentent dans l’espace. J’ai du mal à voir comment il est possible de créer et standardiser un ensemble et le multiplier à une échelle très rapide comme le contrat de franchise que nous envisagions ».

Le studio b.cycle investit considérablement dans le recrutement et la formation de son personnel, y compris les instructeurs qui sont chargés de diriger leurs cours. Le processus de sélection est extrêmement compétitif : les instructeurs potentiels envoient une vidéo, et les candidats présélectionnés passent un entretien et une audition avant de rejoindre l’équipe. Une fois sélectionnés, ils s’entraînent pendant trois mois afin de développer le style requis pour un cours de b.cycle.

Bijan recherche des personnes qui ont de la musicalité et le sens du rythme, qui aiment la marque du studio et qui sont prêtes à partager leur passion avec les autres. Il privilégie la persévérance et la passion plutôt que les compétences techniques.

« L’un de nos meilleurs instructeurs a d’abord échoué à l’audition, mais cette personne est revenue vers nous en disant qu’elle ferait tout son possible pour que ça marche, dit-il. Nous avons expliqué à cet individu ce sur quoi il devait travailler et maintenant, c’est un de nos instructeurs les plus populaires ».

b.cycle s’est également distingué d’autres studios de cardiovélo en intégrant les mesures de performance des étudiants qu’ils affichent sur des écrans lors de chaque cours et en diversifiant le genre de cours à disposition. Bijan et son équipe proposent trois types de cours de cardiovélo, plus ou moins axés sur la performance pure, ainsi que des cours de barre, de Pilates et d’autres cours d’entraînement complet du corps.

Du point de vue de Bijan, il y avait peu d’inconvénients à lancer une entreprise à partir de zéro comme il l’a fait : il avait le soutien de son co-fondateur et de son père, pas de famille à l’époque, et la possibilité de retrouver un poste en entreprise après s’être essayé à l’entrepreneuriat si l’entreprise n’était pas performante.

Cinq ans après le lancement de b.cycle, Bijan n’a pas l’intention de faire marche arrière. L’entreprise possède trois studios dans le centre-ville, le Vieux-Port et Westmount, et les cours sont souvent complets à l’avance. Pendant les quatre prochaines années, Bijan prévoit d’ouvrir un nouveau studio tous les ans dans le Grand Montréal. Pour ce faire, il devra former une nouvelle équipe plutôt que de tirer parti du personnel existant comme l’a fait b.cycle lors du lancement de ses deux plus récents studios. Lorsque cette démarche sera bien rodée, le PDG de b.cycle souhaite implanter son concept dans de nouveaux marchés comme Toronto ou Québec.

Par-dessus tout, Bijan est motivé par sa passion pour le partage du sport. Il souhaite offrir à ses clients l’occasion de se retrouver et de se reconnecter avec le moment présent tout en se mettant en forme.

« Nous passons une grande partie de notre vie à penser à des choses qui sont dans le passé ou à des choses que nous devons faire dans le futur, et une partie de ce nous essayons de faire avec b.cyle est de forcer les gens à se concentrer sur le moment présent. C’est une valeur profonde qui s’inscrit dans tout ce que nous faisons, jusqu’à la façon dont nous entraînons nos instructeurs, explique Bijan. C’est un moment dans la journée de chacun où il est possible d’être dans le moment présent en se concentrant. »

 

Lien vers le balado (en anglais seulement)

Le présent article est une transcription condensée et modifiée d’une entrevue animée par Karl Moore, professeur agrégé à l’Université McGill, dans le cadre de l’émission The CEO Series, présentée sur les ondes de CJAD et produite par Marie Labrosse, étudiante à la maîtrise en langue et littérature anglaises à l’Université McGill. L’entrevue intégrale fait partie de la plus récente saison de The CEO Series et est disponible en baladodiffusion

À propos de ce blogue

Chaque semaine, Karl Moore, professeur agrégé à la Faculté de gestion Desautels de l’Université McGill, s’entretient avec des dirigeants d’entreprise de calibre mondiale au sujet de leur parcours, les dernières tendances dans le monde des affaires et l’équilibre travail-famille, notamment.

Karl Moore

Sur le même sujet

Abonnez-vous à vos médias locaux, exhorte la libérale Isabelle Melançon

La députée invite tous les Québécois à prendre conscience de l’hécatombe dans la presse régionale, notamment.

Facebook offre 100 M$ aux médias en guise de soutien financier

30/03/2020 | AFP

Ces nouveaux fonds comprennent 25 millions de dollars de dons d’urgence pour le journalisme local.