Comment les détaillants peuvent tirer parti des données selon Maxime Cohen

Publié le 11/05/2022 à 11:00

Comment les détaillants peuvent tirer parti des données selon Maxime Cohen

Publié le 11/05/2022 à 11:00

Maxime Cohen, titulaire de la chaire de recherche en science des données de l'Université McGill. (Photo: courtoisie — Owen Egan)

BLOGUE INVITÉ. Dire que nous vivons à l’ère des données est un euphémisme. On dit que 90% des données dans le monde ont été créées au cours des deux dernières années seulement. Intrinsèquement, exploiter toutes ces données et les transformer en informations utiles est devenu aujourd’hui l’un des enjeux les plus critiques pour les entreprises.

Bien qu’elles puissent informer sur l’état actuel des affaires, les données peuvent tout aussi bien être utilisées comme des «lunettes d’approche focalisées sur l’avenir», a déclaré Maxime Cohen, titulaire de la chaire de recherche Scale AI en science des données pour le commerce de détail à l’Université McGill.

«Les données sont la meilleure indication dont vous disposez en termes de connaissances et d’informations sur votre propre entreprise», a-t-il déclaré. «Alors, pourquoi ne pas les utiliser de manière intelligente pour guider les futures décisions stratégiques?»

Maxime Cohen a récemment été nommé premier chef de l’intelligence artificielle (CAIO) chez ELNA Médical, le plus grand réseau intégré de cliniques médicales au Canada.

Dans leur livre, Demand prediction in retail : A practical guide to leverage data and predictive analytics, Cohen et al. discutent des méthodes et des approches permettant de mettre à profit les données en prédisant la demande pour les détaillants. La prédiction précise de la demande et de la valeur client pour chaque produit permet de guider les détaillants dans leurs décisions opérationnelles et, en fin de compte, de stimuler la rentabilité.

«Vous pouvez utiliser les données pour découvrir les tendances cachées qui vous permettent d’améliorer les pratiques commerciales et les décisions opérationnelles», a déclaré Maxime Cohen.

Mais comment prédire le comportement des clients dans de nouvelles situations? Selon Maxime Cohen, il s’agit de rechercher l’innovation par le biais de tests.

Par exemple, l’utilisation des tests A/B — une méthode scientifique permettant de comparer deux ou plusieurs variantes pour déterminer laquelle donne les meilleurs résultats — peut permettre aux entreprises d’éviter des risques importants tout en accélérant les résultats d’apprentissage à l’aide de nouvelles données.

Maxime Cohen exhorte les gestionnaires à se familiariser avec la réalisation d’expériences sur le terrain et à comprendre comment elles peuvent orienter les décisions futures qui les font sortir de leur zone de confort, et ouvrir de nouveaux horizons à leur entreprise.

«Je recommande vivement de s’inscrire à des programmes d’éducation des cadres sur la science des données pour connaître au moins un peu le langage des données et être capable de parler aux scientifiques des données », a déclaré Maxime Cohen. « Les dirigeants devraient également envisager d’embaucher un chef scientifique des données ou un CAIO, une personne qui relève directement du PDG et qui peut comprendre toutes les opportunités inexplorées en termes d’exploitation de l’analyse des données.»

Maxime Cohen est également codirecteur de la recherche au laboratoire d’innovation en commerce de détail de l’ÉBCD associée à la chaîne canadienne de dépanneurs Couche-Tard pour travailler à développer le «dépanneur du futur», a-t-il déclaré.

«Nous utilisons les données pour comprendre le comportement des clients à l’intérieur du magasin tout en préservant entièrement la vie privée des consommateurs», a expliqué Maxime Cohen. «Quelle est la trajectoire du client ? Combien de temps les clients passent-ils dans chaque coin du magasin ? Nous nous efforçons ensuite d’utiliser ces données pour offrir une meilleure expérience client.»

Et pourtant, les prédictions algorithmiques ont souvent été liées à la discrimination générée par l’ordinateur. S’assurer que l’IA reste éthique est une priorité pour Maxime Cohen, c’est pourquoi il a intégré le bien-être social et la durabilité à chaque étape du programme de recherche, rapporte le McGill Reporter.

En passant de l’IA prédictive à l’IA prescriptive, Maxime Cohen prévoit d’utiliser les données et l’IA pour stimuler une économie circulaire, optimiser l’efficacité des petites entreprises en numérisant les chaînes d’approvisionnement, et rendre les conseils juridiques plus accessibles, a rapporté le McGill Reporter.

«Nous devons réunir des régulateurs, des avocats, des économistes et des scientifiques des données et nous devons réglementer l’espace de l’IA pour nous assurer que l’intérêt supérieur des gens reste une priorité essentielle», a déclaré Maxime Cohen.

 

Karl Moore et Stéphanie Ricci. Karl est professeur agrégé à la Faculté de gestion Desautels de l’Université McGill. Stéphanie est étudiante en journalisme à l’Université Concordia.



À propos de ce blogue

Chaque semaine, Karl Moore, professeur agrégé à la Faculté de gestion Desautels de l’Université McGill, s’entretient avec des dirigeants d’entreprise de calibre mondiale au sujet de leur parcours, les dernières tendances dans le monde des affaires et l’équilibre travail-famille, notamment.

Karl Moore
Sujets liés

Travail , Famille

Sur le même sujet

Google a maintenant plus d’espace pour croître à Montréal avec de nouveaux bureaux

La société californienne dévoilait officiellement, mercredi, ses nouveaux bureaux montréalais.

Google ambitionne de proposer ses services dans 1 000 langues

02/11/2022 | AFP

Google a aussi développé des outils permettant d'identifier et de suivre en temps réel les feux de forêt.