Zynga lance ses zCoins : une affaire de gros sous

Publié le 15/03/2011 à 17:17, mis à jour le 15/03/2011 à 22:43

Zynga lance ses zCoins : une affaire de gros sous

Publié le 15/03/2011 à 17:17, mis à jour le 15/03/2011 à 22:43

[Photo : Bloomberg]

L’éditeur de jeux sociaux Zynga a lancé le 15 mars dernier sa propre devise virtuelle, le zCoins, que les joueurs en lignes pourront échanger contre des biens virtuels sur le site RewardVille. Les amateurs des jeux de Zynga, dont les plus populaires sont Mafia Wars et FarmVille, pourront ainsi accumuler cette devise dans l’ensemble des jeux commercialisés par l’entreprise. Pour l’instant, cependant, les zCoins s’échangent uniquement contre des biens virtuels qui permettront aux joueurs de progresser dans leurs jeux préférés.

S’il paraît pompeux de qualifier le zCoins de devise, il faut garder en tête que Zynga, aujourd’hui valorisé à 10 milliards de dollars, prévoit dégager en 2011 un énorme profit de 630 millions de dollars américains sur des revenus de 1,8 milliard. Si l’entreprise, qui n’est pas cotée en bourse, révèle ses performances financières en dollars américains, la part du lion de ses revenus ne sont pas engrangés en dollars américains, ni en yens ni en euros, mais en crédits Facebook. Mentionnons toutefois que les crédits Facebook sont pour l’instant comparables aux tickets acceptés par les manèges d’une fête foraine, puisque ces crédits sont vendus par Facebook et ne servent jusqu’à maintenant qu’à acheter des cadeaux virtuels, comme un petit gâteau de fête rose qu’on peut offrir à un ami Facebook ou une vache destinée à une ferme du jeu FarmVille.

Le lancement de RewardVille et des zCoins survient ainsi à peine quelques semaines après que Facebook ait annoncé que, sur son site, les éditeurs de jeux sociaux ne pourront plus accepter d’autres formes de paiement que les crédits Facebook à partir du 1er juillet prochain. Dans la mesure où les joueurs n’auront rien à débourser pour obtenir des zCoins, la nouvelle devise ne contreviendra pas à la nouvelle politique de Facebook. Cependant, l’importante du marché des biens virtuels sur Facebook laisse croire qu’une véritable devise privée pourrait y voir le jour.

Linden Lab, éditeur du monde virtuel Second Life, avait d’ailleurs réussi à donner vie à sa devise, le Linden dollar, dont la valeur en dollars américains est déterminée par l’offre et la demande. Le produit intérieur brut de Second Life, dont chacun des résidents est libre de concevoir des objets virtuels et des les vendre, ou de réaliser des investissements immobiliers, était évalué à 55 millions de dollars américains en 2009, mais le monde virtuel, qui déclare malgré tout que son économie est stable, est aujourd’hui réputé être à l’abandon. Compte tenu de son nombre de membres et des revenus qui y sont générés par la vente de biens virtuels, Facebook pourrait aujourd’hui créer une devise privée d’une force sans précédent avec tous les avantages que cela comporte… dont celui d’« imprimer » de l’argent. Zynga, quant à elle, pourrait aussi tenter l’aventure, en autant que l’éditeur de jeu réussisse à se guérir de sa dépendance au réseau social où elle prospère.

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Julien Brault

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Boostez votre productivité grâce à ces 3 trucs d'Elon Musk!

16/09/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Le PDG de SpaceX et Tesla a concocté des astuces spéciales pour être hyper efficace au travail.