Yuri Milner, investisseur dans Zynga et Facebook, admet que les marchés font preuve d’«excitation»

Publié le 25/05/2011 à 23:44, mis à jour le 26/05/2011 à 12:26

Yuri Milner, investisseur dans Zynga et Facebook, admet que les marchés font preuve d’«excitation»

Publié le 25/05/2011 à 23:44, mis à jour le 26/05/2011 à 12:26

[Photo : Bloomberg]

L’investisseur russe Yuri Milner, bien qu’il détienne d’importantes parts dans Facebook, Groupon et Zynga, a reconnu que l’« excitation » et la « fascination » jouaient un rôle dans la valorisation de certaines entreprises. L’investisseur a tenu ces propos durant une table ronde organisée dans le cadre du forum e-G8 le 25 mai dernier, qui s’est déroulé à Paris au courant des deux jours qui ont précédé l’inauguration du 37e sommet du G8 à Deauville, en France.

Certes, Milner n’a pas prononcé le mot « bulle », qui est sur toutes les lèvres depuis les appels publics à l’épargne du réseau social LinkedIn et du moteur de recherche russe Yandex. Néanmoins, ses propos n’en sont pas moins étonnants, puisque la frénésie qui entoure ce type de société l’a bien servi et pourrait lui permettre d’empocher une coquette somme au courant des prochains mois. En effet, alors que Facebook devrait faire son entrée en bourse en 2012, Groupon devrait y faire son entrée au courant du troisième trimestre 2011 et Zynga pourrait y aller d’ici à peine quelques semaines.

Yuri Milner, pour ceux qui ne le connaissent pas, a réussi le tour de force de faire son entrée dans la liste des milliardaires de Forbes en investissant dans le secteur des nouvelles technologies. Aujourd’hui, il est PDG du fonds d’investissement Digital Sky Technologies, par l’entremise duquel il investit dans des entreprises en démarrage de la Silicon Valley, où il a d’ailleurs récemment acheté une maison de pas moins de 100 millions de dollars. Parallèlement, il est président du conseil d’administration de Mail.Ru Group, une entreprise cotée en bourse qu’il a créée en regroupant de nombreuses acquisitions, dont notamment le logiciel de messagerie instantanée ICQ.

J’ai traduit un extrait de l’échange survenu entre Milner et le professeur de Harvard Lawrence Lessig, modérateur de la table à laquelle participait notamment Sean Parker (fondateur de Napster) et Niklas Zennström (fondateur de Kazaa et de Skype). Voici l’extrait en question, dont vous pourrez prendre connaissance en anglais dans la vidéo reproduite plus bas, à 34m35 :

Lawrence Lessig : Yuri, vous avez évoqué plus tôt le cas de Yandex et nous venons d’assister à l’appel public à l’épargne de LinkedIn. Que pensez-vous du niveau de valorisation accordé à certaines entreprises par le marché, parce que cela vous a favorisé personnellement. Est-ce que vous pensez qu’elles sont sensées?

Yuri Milner : Comme vous l’avez résumé dans votre présentation, il y a une collision entre le monde hors ligne et le monde en ligne. L’une de ces collisions, c’est l’excitation et la fascination. Et je pense que cela se reflète dans plusieurs valorisations. […] Évidemment, il y a toujours une distinction entre les meilleures entreprises et les compagnies médiocres. C’est vraiment difficile à dire. Pourquoi ne pas investir dans des entreprises publiques? Pourquoi ne pas investir dans des entreprises privées? Donc… Je suis moi-même fasciné. C’est amusant à surveiller.

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Confinés, voici comment trouver un sain équilibre de vie!

30/03/2020 | Olivier Schmouker

BLOGUE. En passant de la «distanciation sociale» à la «solidarité expansive», grâce à ces quelques conseils pratiques...