Un livre lève le voile sur les centres de données secrets de Google

Publié le 11/04/2011 à 14:33, mis à jour le 11/04/2011 à 14:40

Un livre lève le voile sur les centres de données secrets de Google

Publié le 11/04/2011 à 14:33, mis à jour le 11/04/2011 à 14:40

[Photo : Wikipedia]

Le journaliste Steven Levy lancera demain, le 12 avril, In The Plex: How Google Thinks, Works, and Shapes Our Lives. Il s’agit sans contredit du plus exhaustif et du mieux documenté des livres portant sur l’entreprise. Le livre ne manque pas de raconter, de nombreuses sources à l’appui, les débuts légendaires de l’entreprise dans un garage de la Silicon Valley, la transformation de l’entreprise en multinationale et, plus récemment, ses déboires en Chine. Aussi, ce sont les centres de données de Google, beaucoup plus stratégiques et secrets qu’on l’aurait cru, qui ont retenu mon attention.

La question des centres de données est d’autant plus d’actualité que Facebook, le plus redoutable rival de Google en matière de publicité sur Internet, a lancé le 7 avril dernier une initiative visant à partager ses propres technologies en matière de centre de données. Selon Business Insider, la décision de Facebook aurait d’ailleurs pour objectif caché d’établir Facebook comme une entreprise de haute technologie et, ainsi, de détrôner Google comme employeur de choix pour les meilleurs ingénieurs.

Les secrets de Google

En 2004, alors que Google prépare minutieusement son appel à l’épargne publique, elle ne veut révéler aucun indice sur ses revenus, qu’on pourrait évaluer grossièrement si on pouvait déterminer le nombre de serveurs qu’elle utilisait. Aussi, c’est sous le couvert d’une compagnie-écran, Design LLC, que l’employé de Google Chris Sacca sillonne alors les États-Unis à la recherche de grands espaces à proximité d’un cours d’eau, de câbles haute tension et de fibres optiques.

Malgré les difficultés qu’il rencontre dans ses recherches à titre de représentant d’une compagnie anonyme qui souhaite construire un bâtiment industriel qui consommera autant d’électricité qu’un village, Chris Sacca trouve finalement ce qu’il cherche. L’emplacement idéal se trouve à The Dalles, une petite ville située dans l’État d’Oregon qui doit son nom francophone aux employés canadiens-français de la compagnie du Nord Ouest, qui transitaient par ce lieu au début du 19e siècle.

Le centre de données de The Dalles a été inauguré en 2006, mais les journalistes et les politiciens locaux n’ont pu pénétrer dans la salle de 200 000 pieds carrés qui abrite les serveurs, devant se rabattre sur la cafétéria. L’auteur Steven Levy estime néanmoins que le bâtiment abrite plus de 100 000 serveurs disposés dans des conteneurs. Google a depuis lors bâtit plusieurs dizaines de centres de données similaires un peu partout dans le monde, dont certains ont été annoncés officiellement… et d’autres, non.

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Julien Brault

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Employeurs, 1 employé sur 3 s'apprête à vous plaquer!

BLOGUE. Une fuite effrénée que pourraient éviter les employeurs. S'ils le voulaient vraiment!