Travel with Makers: une idée folle qui permet à ce Montréalais de travailler dans un paradis terrestre

Publié le 04/12/2015 à 14:21

Travel with Makers: une idée folle qui permet à ce Montréalais de travailler dans un paradis terrestre

Publié le 04/12/2015 à 14:21

De gauche à droite, le développeur Andu Morie, l'initiateur de Travel with Makers Derek Morin et le développeur Bogdan Radu. [Photo : courtoisie]

C’est grâce à une idée qu’il a eue un samedi en octobre dernier que l’entrepreneur Derek Morin parvient à échapper à la grisaille montréalaise depuis le 22 novembre dernier. Depuis lors, il séjourne dans un hôtel de la péninsule de Nicoya, sur la côte pacifique du Costa Rica, afin de superviser la première édition d’un événement à mi-chemin entre un tout compris dans le Sud et un Startup Weekend.

Inspiré par Remote Year, une initiative qui permet à des nomades numériques de séjourner dans 12 pays différents durant 12 mois pour 27 000$, Derek Morin mise sur un modèle d’affaires différent avec son Travel with Makers. Son séjour de deux semaines au Costa Rica permet ainsi à trois entrepreneurs (incluant Derek) d’être jumelés à autant de développeurs (les Makers), qui tâchent de développer sur place une première version du produit imaginé par les premiers.

Les entrepreneurs ont déboursé 2000 $ US pour un forfait dans le sud excluant les billets d’avion, mais incluant 80 heures de développement Web ou mobile. Les développeurs, pour leur part, ne paient rien, en échange de quoi ils acceptent de travailler 40 heures par semaine durant leur séjour. « Les deux entrepreneurs qui ont payé voulaient faire des apps iPhone, alors on a associé les développeurs avec les projets en fonction de leurs compétences», explique Derek Morin.



L’idée est de favoriser la création de start-ups, si bien que Derek Morin vise à ce que la collaboration entre entrepreneurs et développeurs ne s’arrête pas à la fin du séjour, telle une idylle de vacances. « On a préparé des contrats qui stipulent que le développeur obtient 20 % des parts, mais qu’il doit offrir ses services après le séjour à 50 % de rabais », explique Derek Morin. Il précise toutefois qu’il n’impose pas ce contrat, les deux parties étant libres de négocier de gré à gré.

Au-delà des affaires, le but de Travel with Makers est aussi de permettre à tous les participants d’avoir du plaisir. Lorsqu’ils ne travaillent pas, ces derniers vont à la plage ou visitent des sites comme les chutes de Montezuma : « J’ai prévu l’agenda de manière à ce que les participants puissent profiter de leur séjour», explique Derek Morin.

Si le nombre d’inscriptions le justifie, Derek Morin organisera ces séjours de manière périodique. Les deux prochaines destinations prévues sont la Thaïlande en février 2016 et Barcelone en juin 2016. Le prix de ces séjours n’a toutefois pas encore été déterminé.

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Julien Brault

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

La tendance émergente? Dire «non» à une promotion!

18/11/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. C'est que le leadership connaît un incroyable désamour auprès des employés, selon une étude.