Stradigi Ventures, un nouvel incubateur montréalais, mise sur l'intelligence artificielle

Publié le 01/12/2015 à 11:06

Stradigi Ventures, un nouvel incubateur montréalais, mise sur l'intelligence artificielle

Publié le 01/12/2015 à 11:06

Fondée en 2005, l'agence numérique Stradigi lance offciellement son incubateur ce mardi. [Photo : courtoisie]

Un nouvel incubateur de start-ups corporatif voit officiellement le jour à Montréal. Après Cossette Lab et Mobilogie, c’est au tour de l’agence numérique Stradigi de lancer son programme d’incubation. Son incubateur, Stradigi Ventures a déjà investi quelque 600 000 $ dans des start-ups, incluant AmpMe, la start-up du dragon Martin-Luc Archambault, et des noms moins connus comme Qivo, Propulse Analytics et Commentts.

Basil Bouraropoulos, pdg de Stradigi Ventures et président du conseil de Stradigi, vise à investir 400 000 $ supplémentaires d’ici l’automne 2016. «On veut investir dans des start-ups misant sur l’analyse de données et le deep learning [l’apprentissage profond], car c’est une de nos grandes forces à Montréal», lance Basil Bouraropoulos.

L’apprentissage profond, une approche prometteuse en intelligence artificielle, a le potentiel de transformer plusieurs secteurs d’activités, mais Basil Bouraropoulos s’intéresse surtout à son application dans le secteur du commerce en ligne pour l’instant.

Contrairement à d’autres incubateurs, Stradigi Ventures n’a pas de programme formel. Stradigi Ventures fournira de l’espace aux start-ups dans lesquelles elle investira au centre-ville de Montréal et les accompagnera jusqu’à ce qu’elles soient prêtes à faire une ronde de financement A, la ronde qui succède normalement à la ronde d’amorçage.

Puisque l’agence associée à l’incubateur fait notamment du développement d’application mobile, l’accompagnement fourni pourra toucher au développement de produit, mais ce n’est pas un critère de sélection. «La première chose que je regarde dans une start-up est ma connaissance et comment moi ou mon réseau pouvons l’aider», explique Basil Bouraropoulos.

Stradigi Ventures, qui devrait accueillir entre 4 et 8 start-ups à la fois dans son programme, injectera des montants qui varieront d’une start-up à l’autre. «Ça dépend des projets et des besoins, explique Basil Bouraropoulos. Il y a dans lesquels on a investi 250 000 $ et d’autres, seulement 20 000 $.»

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Julien Brault

Sur le même sujet

Dans la techno, les femmes ont levé davantage de fonds en 2018

08/03/2019 | AFP

«La proportion du montant global levé par des femmes en 2018 progresse.»

Les petites minières ont survécu aux turbulences financières

BLOGUE INVITÉ. Des prix aux bilans, tous les indicateurs sont positifs après des années de vaches maigres.

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Transport: comme une épidémie de rats qui menace les villes

21/06/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. Robin Chase, fondatrice de Zipcar, met en garde contre la prolifération des véhicules de livraison en ville.

Comment (enfin) savourer vos congés d'été?

21/06/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. C'est qu'étrangement les Québécois ont le chic pour... rater leurs vacances!