Rue Frontenac n'est pas viable

Publié le 04/03/2011 à 12:25, mis à jour le 04/03/2011 à 12:39

Rue Frontenac n'est pas viable

Publié le 04/03/2011 à 12:25, mis à jour le 04/03/2011 à 12:39



Malgré la toutes les qualités qu’on ne peut que reconnaître à Rue Frontenac, sa survie suite à la fin du conflit de travail au Journal de Montréal est peu probable. Non pas parce que le média mis en place par les employés en lock-out du Journal n’est pas pertinent, mais tout simplement parce que son modèle d’affaires ne tient pas la route. Malgré les espoirs légitimes de ses créateurs, dont certains ont évoqué le transfert de propriété de Rue Frontenac à une coopérative, il serait étonnant que la publication parvienne à employer une équipe de journalistes à temps plein.




En attendant le retour des 62 employés (sur 225) du Journal de Montréal au travail, le coordonnateur général de Rue Frontenac, Richard Bousquet, précise que les activités de l’organisation se poursuivront comme avant, alors que l’équipe planche sur « le plan d’affaires d’un futur Rue Frontenac indépendant ». Rappelons que l’organe d’information, lancée par le Syndicat des travailleurs de l'information du Journal de Montréal (STIJM) en guise de moyen de pression en 2009, comprend le site Internet RueFrontenac.com et un journal hebdomadaire gratuit du même nom.




D’abord, penchons-nous sur le modèle d’affaires du site Internet, qui est le cœur de Rue Frontenac. Même s’il est impossible d’évaluer ses revenus avec précision, tentons de les chiffrer grossièrement. En prenant pour de l’argent comptant les statistiques révélées dans son kit média, on apprend que le site accueille quelque 400 000 visiteurs uniques par mois ce qui, au Québec, est fort respectable. En admettant que la qualité des visiteurs du site permette à RueFrontenac.com de dégager un revenu de 80$ par 1 000 visiteurs uniques par mois, une hypothèse très généreuse, le site générerait 32 000 $ de vente par mois. À ce chiffre enthousiaste, il faut retrancher la commission de plus ou moins 40 % de l’agence qui représente le site, pour ramener son revenu mensuel à 19 200 $. Ce revenu, dont on a pas déduit les frais d’hébergement, ne permettrait pas à Rue Frontenac d’employer plus de deux anciens journalistes du Journal de Montréal à leur ancien salaire. Et c'est sans compter les frais généraux d'exploitation de l'organisation.




Dans un deuxième temps, il ne sert à rien de procéder à l’analyse des revenus de l’hebdomadaire gratuit tiré à 75 000 exemplaires qu’exploite également Rue Frontenac. D’abord, le journal contient un taux publicitaire si faible qu’il ne sert à rien de démontrer qu’il est déficitaire. Pire encore, la part du lion de la publicité présente dans Rue Frontenac provient du monde syndical et, plus particulièrement, de syndicats qui, comme le STIJM, sont affiliés à la CSN. Finalement, ceux qui ne sont toujours pas convaincus devraient se rappeler de l’hebdomadaire Ici qui, malgré un investissement de quelque 10 millions de dollars de la part de Quebecor, a dû fermer ses portes en 2009, faute de rentabilité.


 

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Julien Brault

Sur le même sujet

Début du procès du Journal de Mourréal en ce 1er avril

Le site web satirique se fait reprocher d'utiliser illégalement une marque de commerce.

Actualité, Châtelaine et Loulou: Rogers sabre 80% de l'effectif

29/11/2016 | Matthieu Charest

Le géant torontois procède à des mises à pied massives au Québec à la veille d’un possible rachat de l’Actualité.

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Suivi: Republik a-t-elle réussi à choisir ses clients?

10/05/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. Republik a affirmé ne vouloir que des clients à impact sociétal positif. Voici les péripéties qui ont suivi.

Un truc génial pour devenir indispensable au travail!

16/05/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Votre avenir professionnel vous semble incertain? Pas de panique, il y a moyen de tirer votre épingle du jeu!