Québecor devrait lancer son propre fonds en capital de risque

Publié le 18/01/2013 à 11:38, mis à jour le 18/01/2013 à 12:56

Québecor devrait lancer son propre fonds en capital de risque

Publié le 18/01/2013 à 11:38, mis à jour le 18/01/2013 à 12:56

BLOGUE. Québecor semble plus que jamais intéressée à jouer un rôle sur la scène de l’entrepreneuriat technologique au Québec. Après la Webtélé de Jobboom sur FounderFuel, hier, c’était au tour de Vidéotron de s’impliquer. La filiale de Québecor Media a alors dévoilé avoir pris un engagement financier de 2,5 millions de dollars afin de soutenir la Maison Notman, le lieu de rendez-vous par excellence des entrepreneurs technos à Montréal.

Dans le communiqué de l’annonce, le pdg de Québecor, Pierre Karl Péladeau, est cité ainsi: «Il y a de cela plus d’une génération, des leaders se sont mobilisés et ont créé le Québec inc. Aujourd’hui, c’est à notre tour de réunir nos forces afin de soutenir des jeunes startups qui ont le potentiel de devenir des fleurons du Québec inc. de demain».

En soutenant la Maison Notman, Québecor démontre qu’elle est prête à faire sa part. Toutefois, si Pierre-Karl Péladeau croit réellement que les start-ups technos qu’accueille la maison Notman deviendront les fleurons du Québec inc. de demain, il laisserait passer une occasion d’affaires exceptionnelle s’il ne lançait pas un fonds Québecor.

Au Québec, les principaux bailleurs de fonds de fonds en capitaux de risques sont gouvernementaux ou paragouvernementaux. Les gouvernements remplissent ainsi ici un rôle qui, aux États-Unis, est assumé par les grandes entreprises.

Au Canada, exception faite de Research In Motion avec BlackBerry Partners Fund, rares sont les entreprises qui investissent dans les fonds en capital de risque. Pourtant, ailleurs dans le monde, la pratique est courante. Les opérateurs mobiles AT&T aux États-Unis et Orange en France, pour ne nommer que ceux-là, ont chacun des fonds en capital de risque spécialisés en technologies.

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Apprendre à tourner la page

Édition du 20 Janvier 2021 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. J’ ai une grande nouvelle que j’ai annoncée déjà il y a quelques jours sur notre site web.