LinkedIn courtise les jeunes pour gagner la bataille de l'identité en ligne

Publié le 27/08/2013 à 13:03, mis à jour le 28/08/2013 à 10:26

LinkedIn courtise les jeunes pour gagner la bataille de l'identité en ligne

Publié le 27/08/2013 à 13:03, mis à jour le 28/08/2013 à 10:26

[Photo : Bloomberg]

BLOGUE. LinkedIn a déjà un modèle d’affaires diversifié basé sur les abonnements et la publicité. Or, l’entreprise est bien positionnée pour devenir un fournisseur d’identité en ligne incontournable. Sa récente décision de lancer des pages d’université et de permettre aux jeunes de créer un profil à partir de 14 ans au Canada et aux États-Unis devrait lui permettre de gagner des points sur ce front.

LinkedIn a déjà une longueur d’avance en matière de parcours professionnels. Ces initiatives devraient donc lui permettre d'offrir davantage d’information à propos du parcours scolaire de ses utilisateurs. Facebook, qui permet aux jeunes de créer un profil à partir de 13 ans et qui a été lancé sous la forme d’un réseau social pour les étudiants universitaires, fait quelque peu ombrage au réseau professionnel sur ce plan. 

La création de pages d’université permettra aussi à LinkedIn de tisser des liens plus étroits avec les universités. Déjà, quelque 200 universités, dont McGill, entretiennent leur page d'université. LinkedIn pourrait éventuellement tirer parti de ces liens afin de lancer un programme de vérification de diplôme, par exemple. Compte tenu de la proportion importante de professionnels qui mentent à ce propos (dont l’ancien pdg de Yahoo!), il s’agit d’un service pour lequel employeurs et chercheurs d’emplois seraient sans doute prêts à payer.

L’identité en ligne est si primordiale que c’est afin de se positionner sur ce front que Google investit massivement dans son réseau social désert Google +. Les données associées à l’identité en ligne ont une valeur incontestable pour les annonceurs, mais pourraient aussi être monétisées auprès des institutions financières, entre autres. Plusieurs start-ups proposent déjà d’évaluer la solvabilité d’individus en fonction de leur empreinte sur les médias sociaux.

LinkedIn, qui a déjà des liens étroits avec le milieu de la finance, semble bien positionné pour fournir des données aux prêteurs et, pourquoi pas, attribuer sa propre cote de crédit à ses utilisateurs. Bien entendu, il s’agit là de spéculations, mais il ne faudrait pas croire que les boutons qui permettent de se connecter avec Facebook, Linkedin ou Google sont bénins. Les trois géants se battent pour occuper cet espace stratégique, qui ne manquera pas d’être une source importante de revenus.

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Julien Brault

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

5 trucs ultra simples pour gagner en empathie

16/10/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. C'est que l'empathie est devenue un incontournable au travail – pour négocier, pour résoudre un conflit, etc.