Les secrets du succès d'Apple dévoilés

Publié le 27/02/2012 à 09:16, mis à jour le 27/02/2012 à 10:28

Les secrets du succès d'Apple dévoilés

Publié le 27/02/2012 à 09:16, mis à jour le 27/02/2012 à 10:28

Pour Steve Jobs, la gestion des ressources humaines ne consistait pas à favoriser l’épanouissement des employés, mais à les placer, puis les maintenir dans les fonctions où ils sont les plus performants. Bref, sans qu’il ne soit question du principe de Peter dans le livre, on comprend que Steve Jobs mettait tout en œuvre pour éviter que ses employés atteignent leur niveau d’incompétence.

3. Bâtir un conseil d’administration docile

Steve Jobs a vécu l’opprobre d’être écarté de son poste de pdg d’Apple dans les années 1980. Cet épisode explique sans doute pourquoi il a pris ses précautions lors de son retour à la barre en 1997. Il n’a toutefois pas emprunté le chemin de la facilité et nommé des membres de sa famille ou de purs inconnus au conseil d’administration.

Au contraire, Steve Jobs a nommé des personnalités au CV bien garni, mais qu’il a choisi pour une tout autre raison : parce qu’il était persuadé qu’elles ne s’opposeraient jamais à lui. Son conseil d’administration était notamment composé de l’ancien vice-président américain Al Gore, du PDG de Walt Disney (dont Jobs était le plus important actionnaire) Robert A. Iger et de celle d’Avon, Andrea Jung.

Steve Jobs ne s’en cachait pas et se plaisait à rappeler à son conseil que son administrateur préféré était Larry Ellison… parce qu’il ne se présentait tout simplement aux réunions. Durant une réunion du conseil, Steve Jobs aurait même déposé une photo grandeur nature d’Ellison sur une chaise et aurait posé des questions à l’absent pour illustrer ce à quoi il s’attendait de ses administrateurs. Le PDG milliardaire d’Oracle, reconnu pour passer beaucoup de temps sur son Yatch, a d’ailleurs cité son manque de temps pour assister aux réunions lorsqu’il a démissionné du conseil d’administration d’Apple.

Adam Lashinsky, Inside Apple, How America's Most Admired – and Secretive – Company Really Works, New York, Business Plus, 2012, 223 p.

 

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Voici d'où vient le pouvoir des «petits chefs» comme Trump!

16/09/2020 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Il découle du fait que le populisme fleurit là où la connexité dépérit. Explication grâce à une étude de l'UCLA.