Le Toronto Star tient au papier, mais fait la même erreur que La Presse+

Publié le 09/02/2015 à 16:02

Le Toronto Star tient au papier, mais fait la même erreur que La Presse+

Publié le 09/02/2015 à 16:02

John Cruickshank, l’éditeur du Toronto Star, a levé le voile sur son projet inspiré de La Presse+ à l’occasion d’une conférence organisée par le Centre d'études sur les médias. [Photo : Julien Brault]

De passage à Montréal vendredi dernier, John Cruickshank, l’éditeur du Toronto Star, a levé le voile sur son projet inspiré de La Presse+ à l’occasion d’une conférence organisée par le Centre d'études sur les médias. Le quotidien torontois s’apprête en effet à lancer une application iPad en misant sur la plateforme de La Presse+, mais aussi, sur son modèle d’affaires… dont j’avais prédit l’échec dans un précédent billet.

John Cruickshank, qui n’a pas manqué de qualifier LaPresse+ de meilleure application au monde, a alors réitéré que son application iPad sera gratuite et qu’elle sera financée par la publicité. Toutefois, il a tenu à se distinguer de son homologue Guy Crevier, éditeur de La Presse. Contrairement à ce dernier, dont le plan d’affaires repose sur la disparition du papier, John Cruickshank ne veut pas migrer ses lecteurs papier vers la tablette.

Que l’éditeur du Toronto Star ne souhaite pas retirer ses billes du papier est compréhensible. Avec 821 000 lecteurs quotidiens en semaine, le journal torontois peut se targuer d’être le plus lu au Canada. Ce statut n’empêche pas Torstar, la société mère du quotidien, de publier des pertes d'exploitation trimestre après trimestre.

Pour John Cruickshank, l’application iPad du Toronto Star servira essentiellement à rajeunir le lectorat du quotidien. «Nous pensons que nous avons l’opportunité d’aller chercher une nouvelle génération de lecteurs en offrant une édition tablette», a-t-il déclaré. Il s’agit d’un objectif primordial pour l’organisation, puisque plusieurs annonceurs ont arrêté d’annoncer dans les journaux en raison du vieillissement de leurs lectorats.

«Le vieillissement du lectorat a eu un impact plus significatif sur les revenus des journaux que la diminution du lectorat», a expliqué John Cruickshank. L’éditeur du Toronto Star a illustré son propos en notant que plusieurs grandes marques avaient cessé d’annoncer dans les journaux après avoir constaté que les jeunes familles, une cible de choix pour celles-ci, n’étaient pas assez exposées à leurs contenus. Ainsi, selon lui, lancer une application iPad permettra au Toronto Star d’assurer la pérennité du financement de sa salle de nouvelles.

Toronto Star : Deux hypothèses douteuses

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Vaccination obligatoire: 18 intervenants seront entendus

23/08/2021 |

La commission parlementaire durera deux jours complets, soit en personne au parlement ou en visioconférence.

Apprendre à tourner la page

Édition du 20 Janvier 2021 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. J’ ai une grande nouvelle que j’ai annoncée déjà il y a quelques jours sur notre site web.