La recette magique pour exporter la Silicon Valley à Montréal

Publié le 30/10/2012 à 10:34, mis à jour le 30/10/2012 à 14:11

La recette magique pour exporter la Silicon Valley à Montréal

Publié le 30/10/2012 à 10:34, mis à jour le 30/10/2012 à 14:11

BLOGUE. La Silicon Valley a fait beaucoup de petits au courant des dernières années. Pour s’en convaincre, on a qu’à penser à Chilecon Valley (Santiago), à Silicon Alley (New York), au Silicon Valley du Moyen-Orient (Amman) ou au Silicon Valley allemand (Berlin).

Montréal fait d’ailleurs partie de cette liste des Silicon Valley de quelque chose qui n’a de cesse de s’allonger. De passage à Montréal hier, Brad Feld, qui a écrit un livre sur le sujet, a accepté de partager la recette permettant de créer une communauté de start-ups dans n’importe quelle ville.

Brad Feld, qui vient de publier Startup Communities : Building an Entrepreneurial Ecosystem in Your City, a présenté ses conclusions à la Maison Notman, lieu de rendez-vous par excellence de la communauté techno montréalaise. Dans son livre, il se penche sur le cas de Boulder, au Colorado, une ville de 100 000 habitants dans laquelle il a déménagé il y a 17 ans pour des raisons personnelles. « La communauté de start-ups à Boulder est l’une des plus dynamiques qui soit aujourd’hui et si c’est possible de faire ça à Boulder, c’est possible partout », a-t-il fait valoir.

Du cas de Boulder, qu’il expose en détails dans son livre, il a tiré quatre principes qu’il a réunis sous l’appellation de thèse de Boulder : le premier veut que les entrepreneurs dirigent la communauté; le second, que ces leaders s’impliquent à long terme ; le troisième, que cette communauté soit inclusive et accueille quiconque souhaite s’impliquer; et le quatrième, que la communauté accueille régulièrement des événements intéressants pour l’ensemble des entrepreneurs. 

Les quatre principes exposés ci-dessus contribuent chacun à favoriser la collaboration entre les entrepreneurs. Selon Brad Feld, c’est d'ailleurs la culture d’ouverture et de collaboration qu’on retrouve dans la région de San Francisco qui explique le succès de son écosystème : « Dans les années 1980, la route 128 de la région de Boston n’avait rien à envier à la Silicon Valley, mais n’a pas connu le même succès par la suite, explique-t-il. Selon moi, c’est parce que les entreprises de Boston avaient une culture du secret, alors que celles de la Valley en avaient une du partage. »

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Delta: les vaccins ne protègent qu'à 40% de la transmission (OMS)

24/11/2021 | AFP

«Les vaccins sauvent des vies, mais ils n’empêchent pas totalement la transmission du Covid-19»

Apprendre à tourner la page

Édition du 20 Janvier 2021 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. J’ ai une grande nouvelle que j’ai annoncée déjà il y a quelques jours sur notre site web.