La Montréalaise Neptune enterre la Pine et dévoile une nouvelle montre plus intelligente et plus sexy

Publié le 17/02/2015 à 09:05

La Montréalaise Neptune enterre la Pine et dévoile une nouvelle montre plus intelligente et plus sexy

Publié le 17/02/2015 à 09:05

Difficile de déterminer si Simon Tian, pdg de Neptune Computer, est un génie ou un vendeur de voitures d’occasion 2.0. [Photo : Julien Brault]

Neptune Computer, la start-up de la rue Sherbrooke qui a engrangé 800 000 $ sur Kickststarter pour produire la Neptune Pine, est passée à autre chose. À peine quelques mois après avoir livré la montre, avec près de 10 mois de retard, voici que Simon Tian, pdg de Neptune, dévoile un tout nouveau concept de montre intelligente on ne peu plus différent de la Pine, dont la commercialisation a déjà cessé.


«La Pine, c’était un produit préliminaire pour nous. La vision originale, pour nous, a toujours été celle d’une montre qui est maître de tous les écrans.» Neptune Duo, qui incarne cette vision, prend la forme d’une montre intelligente et d’un écran tactile sans fil qui a toutes les apparences d’un téléphone. L’écran n’ayant ni processeur ni antenne cellulaire, il se limite toutefois à offrir un support plus spacieux pour interagir avec la nouvelle montre de Neptune.


Comme la Pine, la nouvelle montre de Neptune est donc équipée d’une antenne cellulaire, contrairement à la plupart des montres intelligentes sur le marché comme la Samsung Gear. La similarité entre les deux produits s’arrête toutefois là, puisque la nouvelle montre n’est pas dotée d'une caméra et qu’elle ne peut pas être détachée du bracelet. Ces deux fonctionnalités faisaient de la Neptune Pine une alternative (basse définition) aux caméras GoPro.


Une vision vraiment avant-gardiste


Beaucoup plus petite que la Pine, la nouvelle montre de Neptune a sans contredit meilleure allure. Elle est aussi dotée de capteurs de pression sur les côtés, de sorte que l’utilisateur devra toucher les côtés de la montre pour y naviguer.


Malgré tout, ce qui distingue vraiment le concept de Neptune (et ce n’est rien de plus à ce stade) de ce qui existe sur le marché, c’est la notion qu’un ordinateur corporel soit appelé à contrôler tous les écrans.


Aussi, Simon Tian ne compte pas se limiter à lancer un écran compatible de la taille d’un téléphone. À terme, il m’a confié vouloir introduire un écran de la taille d’une tablette, avec son clavier compatible, de même qu’une clef HDMI pour la télé. Bref, sa vision est que chaque humain n’a besoin que d’un ordinateur personnel, qu’il veut placer dans sa montre, et que tous les écrans qu’il utilise devraient s’y connecter.


«Je ne vois pas pourquoi il faudrait une répétition du micro-processeur, de la mémoire et ainsi de suite, sur tous les appareils avec lesquels on interagit, fait valoir Simon Tian. Nous, on propose de porter un ordinateur unique sur notre poignet, mais vraiment, ça pourrait aussi bien être dans notre soulier ou sur notre ceinture.»


Alors qu’on utilise de plus en plus notre cellulaire pour faire des paiements et que les renseignements qu’on y entrepose sont aussi critiques que personnels, Simon Tian fait valoir qu’il s’agit d’un appareil trop précieux pour courir le risque de le perdre. Aussi, avec son concept, perdre son téléphone n’est pas plus grave que perdre une batterie de recharge, puisqu’aucun renseignement n’y est entreposé. «Un téléphone, c’est littéralement une brique que tu dois transporter partout. Si, aujourd’hui, les fabricants faisaient table rase pour repartir à neuf, j’ai du mal à croire qu’ils trouveraient logique de mettre des processeurs dans tous leurs appareils comme ils le font aujourd’hui.»


Parier sur un concept


À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Julien Brault

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

8 idées pour que l'IA n'augmente pas les inégalités

22/03/2019 | Diane Bérard

BLOGUE.«Sommes-nous suffisamment sages collectivement pour utiliser ces outils technologiques puissants?»

Trop de pression au travail? Voici une solution géniale!

21/03/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Une astuce aussi simple qu'efficace signée Anders Indset, le «Platon rock'n'roll du management»...