L'app de taxi Hailo a pignon sur rue à Montréal

Publié le 27/09/2013 à 15:08, mis à jour le 28/09/2013 à 08:00

L'app de taxi Hailo a pignon sur rue à Montréal

Publié le 27/09/2013 à 15:08, mis à jour le 28/09/2013 à 08:00

De gauche à droite, Justin Raymond, président de Hailo Canada, et Jeff Desruisseaux, directeur général de Hailo Montréal, [Photo : Julien Brault]

BLOGUE. La start-up britannique Hailo vient d’inaugurer son bureau à Montréal, où son application d’appel de taxi devrait être lancée au courant des prochaines semaines. J’ai eu l’occasion de m’y entretenir avec Jeff Desruisseaux, directeur général de Hailo Montréal, et Justin Raymond, président de Hailo Canada, qu’on peut voir sur la photo ci-dessus.

Contrairement à TagTaxi, qui a établi un partenariat avec Taxi Diamond à Montréal, Hailo travaille directement avec les chauffeurs de taxi. La start-up s’est ainsi enregistrée en tant que compagnie de taxis auprès du bureau du taxi de Montréal.

Ayant à ce jour obtenu quelque 50 millions de dollars en capital de risque, Hailo permet notamment de héler un taxi à Toronto, Boston, New York, Londres et Barcelone. Contrairement à l’Américaine Uber, qui secoue l’industrie du taxi dans chaque ville où elle débarque avec ses limousines, Hailo travaille avec des chauffeurs de taxi licenciés. 

Ceux-ci sont généralement des chauffeurs indépendants, qui voient dans Hailo un moyen d’augmenter leurs revenus sans prendre de risque. En contrepartie, Hailo soustrait 15 % des revenus, incluant le pourboire, généré par les courses qu’elle leur confie. 

Lors de mon passage au bureau de Hailo, sur le boulevard Saint-Laurent, un chauffeur de taxi était en train de discuter avec un employé de la start-up. Dans les faits, Hailo Montréal attend d’avoir signé avec une masse critique de chauffeurs de taxi pour lancer son application à Montréal. Si on n’a pas voulu me révéler quel était l’objectif à atteindre, on m’a expliqué que Hailo avait été lancé à Toronto avec 400 chauffeurs, mais qu’ils étaient aujourd’hui 1700.

Ceux qui sont impatients de pouvoir utiliser l’application (pour iPhone ou téléphone Android) peuvent entre-temps manifester leur intérêt à devenir «passager fondateur» et recevoir un crédit Hailo de 15 $.

Le principal avantage de Hailo par rapport aux apps déjà sur le marché à Montréal réside dans le fait que le client paie à partir de son téléphone pour la course. On peut y enregistrer jusqu’à quatre numéros de carte de crédit, puis choisir lequel on veut utiliser au terme de chaque trajet, une option utile pour ceux qui ont une carte de crédit corporative.

Une facture, incluant tous les détails du trajet, est automatiquement envoyée par courriel au client. Cela peut être utile pour ceux qui doivent faire des rapports de dépenses, mais aussi, pour ceux qui auraient la malchance d’oublier quelque chose sur la banquette.

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Julien Brault

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Ça vous dirait de travailler une semaine depuis Punta Cana?

22/01/2020 | Olivier Schmouker

BLOGUE. C'est ce que vont bientôt vivre les employés de Crakmedia, une agence de marketing web établie à Québec.