Je vais essayer de lancer une start-up en une semaine

Publié le 27/07/2015 à 11:03

Je vais essayer de lancer une start-up en une semaine

Publié le 27/07/2015 à 11:03

À peine 10 minutes après être arrivé sur place, j’avais déjà la clef de la Maison Notman, un bureau et les mots de passe pour accéder au réseau Wi-Fi privé. [Photo : Julien Brault]

J’écris ce billet à partir du bureau 109 de la Maison Notman. Plutôt que de me rendre au bureau du journal Les Affaires, ce matin, je me suis rendu à la Maison Notman avec pour objectif de relever un défi bien particulier : celui de lancer une start-up en une semaine. Je n’avais pas glissé un mot de mes intentions à Noah Redler, le directeur du campus et, pourtant, 10 minutes après avoir cogné à sa porte, j’avais la clé de la Maison, un bureau et les mots de passe pour accéder au réseau Wi-Fi privé. C’est vous dire à quel point, dans le milieu des start-ups, tout peut se faire beaucoup, beaucoup plus vite qu'ailleurs. Le prix pour la semaine? 120 $ excluant les taxes.

Si je me suis donné ce défi, c’est que j’ai constaté, au fil des ans, qu’un nombre incalculable d’aspirants entrepreneurs n'agissent pas, souvent parce qu’ils pensent qu’ils ne peuvent pas se lancer en affaires sans quitter leur emploi. Bien souvent, ces aspirants entrepreneurs traînent depuis des années une idée, qui paraît bonne à première vue, mais qui n’a pas la valeur intrinsèque qu’ils lui attribuent et qui n’a pas été testée.

C’est en pensant à eux que j’ai décidé de me donner ce défi, dont je tirerai un reportage expliquant, étape par étape, comment établir les bases d’une start-up en s’inspirant de la méthode Lean Startup. En gros, cette approche établit que l’objectif d’une start-up est de découvrir un modèle d’affaires soutenable à long terme.

Certes, c’est une grosse commande et je ne m’attends pas à parvenir à cet objectif ultime en une semaine, mais je vais essayer de me rendre le plus loin possible. Si je fais assez de progrès, j'espère inspirer des aspirants entrepreneurs à se mettre au travail, soit à temps partiel, soit durant une semaine de vacances. 

De manière à commencer mon apprentissage le plus tôt possible, j’ai déjà publié un petit sondage portant sur différentes idées de start-ups. Le compléter ne devrait pas vous prendre plus d’une minute. Si mon défi vous intéresse, n’hésitez pas me suivre sur Facebook et Twitter cette semaine, car je ne manquerai pas d’utiliser les médias sociaux pour obtenir des rétroactions rapides sur les différents aspects de mon projet.

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Julien Brault

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

La tendance émergente? Dire «non» à une promotion!

18/11/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. C'est que le leadership connaît un incroyable désamour auprès des employés, selon une étude.