Êtes-vous un analphabète technologique ?

Publié le 10/03/2011 à 20:15, mis à jour le 11/03/2011 à 12:34

Êtes-vous un analphabète technologique ?

Publié le 10/03/2011 à 20:15, mis à jour le 11/03/2011 à 12:34

[Photo : Wikipedia]

Si vous n’avez pas en poche un téléphone intelligent doté d’un appareil photo, vous êtes en quelque sorte un analphabète technologique. En effet, sans un tel téléphone, vous ne serez pas en mesure de déchiffrer un code QR comme celui qui apparaît sur le panneau d’affichage ci-dessus. Pour percer le secret de ces codes, il suffit de les prendre en photo avec son téléphone et d’avoir téléchargé au préalable une application qui en permet la lecture. Or, malgré l’omniprésence des codes QR, qu’on peut notamment observer sur les panneaux d’affichage, nombreux sont ceux qui n’ont aucune idée de ce à quoi ces étranges labyrinthes composés de cubes noir et blanc peuvent bien servir.

Dans la mesure où le citadin moyen est exposé à quelque 5 000 messages publicitaires chaque jour, on pourrait croire que cette incapacité à déchiffrer les codes QR n’est pas un handicap. Or, ces codes sont utilisés, outre dans l’affichage, dans les emballages de produits, les journaux et les coupons, pour ne nommer que ceux-là. Même le réseau de courtiers immobiliers La Capitale, récemment renommé Via Capitale, affichera prochainement des codes QR sur ses enseignes.

Si les codes QR peuvent aussi bien contenir du texte qu’une série de chiffres, la plupart de ceux qui vous entourent correspondent à une adresse Internet vers laquelle votre téléphone intelligent vous redirigera. C’est la raison pour laquelle les professionnels du marketing, devenus accrocs au retour sur investissement que permet la publicité sur Internet, adorent les codes QR. En effet, ces codes-barres en deux dimensions leur permettent de mesurer l’impact de leurs investissements dans les médias traditionnels de manière presque aussi précise qu’ils peuvent le faire avec leurs investissements en ligne. Ces précieuses données, cependant, perdent de leur précision si on affiche une adresse Internet en toutes lettres en plus d’un code QR. Ces derniers auront ainsi tendance à remplacer toutes autres coordonnées dans les communications des entreprises. Par conséquent, un individu ne possédant pas de téléphone intelligent n’aura pas accès aux mêmes informations que ses homologues mieux équipés.

La question posée dans le titre de ce billet n’aurait pas dû recourir à la notion d’analphabétisme, mais de littératie qui, au-delà des capacités de lecture, englobe l’aptitude de la population à déchiffrer et à comprendre le monde qui les entoure. Non moins sérieux que l’analphabétisme, dont le taux est tout particulièrement élevé au Québec, les enjeux de littératie technologique sont appelés à gagner en importance à l’avenir. Et, compte tenu des prix exorbitants des forfaits de données mobiles au Canada, ce sont les plus démunis qui risquent de souffrir le plus de cet analphabétisme moderne.

 

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Julien Brault

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Changer de boss en catastrophe? Pas une bonne idée!

BLOGUE. Thierry Henry prend la tête de l'Impact de Montréal, et ça a un contrecoup complètement fou sur votre travail!